Passer au contenu principal

Robert Ménard veut renverser le jeu politique

Le maire de Béziers en France assure que «Oz ta droite!», le «mouvement citoyen» qu'il lance, sera un moyen de pression sur les partis.

Robert Ménard.
Robert Ménard.
AFP

«On n'est le marchepied de personne. Mon seul souci, c'est le peuple de droite», a affirmé Robert Ménard devant la presse à l'ouverture de la deuxième journée de son «Rendez-vous de Béziers», prévu pour durer jusqu'à dimanche et réunissant la droite «hors les murs», ne se reconnaissant qu'imparfaitement dans le FN ou dans Les Républicains.

«Oz ta droite!», le mouvement citoyen que lance ce maire d'extrême droite, «n'est pas un parti, ça ne servira de marchepied à personne», a-t-il insisté, avant de répondre à une question sur le parti de Marine Le Pen: «Je ne sers pas de marchepied au FN.»

«J'ai des rapports d'indépendance avec Marine Le Pen. Avec 80% de ses idées, je suis d'accord avec elle, avec 20% je suis en désaccord et ce sont des désaccords assez importants», a-t-il précisé.

Il fait référence notamment à l'euro, que le FN veut quitter et qu'il considère comme un «bouclier», ou au positionnement «ni droite ni gauche» du parti d'extrême droite qu'il rejette pour un positionnement «clairement à droite».

Pour lui, «une bonne partie de l'électorat des Républicains pense la même chose que l'électorat FN». «Gagner seulement avec Marine Le Pen c'est impossible. Il faut gagner avec plus que Marine Le Pen».

«Faites-moi confiance»

«On veut renverser le jeu politique!» a-t-il lancé. Le «Rendez-vous de Béziers» doit aboutir dimanche à une cinquantaine de propositions qui devraient «surprendre» selon lui.

«Faites-moi confiance, on va trouver les modalités pour s'imposer dans le débat public. Ce que je veux dire aux participants, c'est, Avec ces propositions, vous vous battrez chacun à votre manière pour les imposer», a assuré celui qui a été élu avec le soutien du FN en 2014.

«On ne demandera pas aux partis Soyez gentil de répondre à nos propositions, on sera un peu plus offensif que ça», a souri l'ancien journaliste.

Son objectif, «forcer les uns et les autres» chez Les Républicains et au FN «à travers ce mouvement citoyen» qui ne sera «pas un parti politique».

Le Mouvement 5 étoiles en Italie, Podemos en Espagne, même s'il est de gauche, se sont «construits contre une grosse partie de la classe politique», a-t-il souligné.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.