Passer au contenu principal

Rohani annonce la fin des sanctions d'ici mi-janvier

Le président iranien tire les conséquences de la décision de l'Agence internationale de l'énergie atomique de fermer le dossier nucléaire de Téhéran.

Le président iranien Hassan Rohani a rejeté toute rencontre avec Donald Trump mercredi tant que les sanctions ne seraient pas levées. (Mercredi 25 septembre 2019)
Le président iranien Hassan Rohani a rejeté toute rencontre avec Donald Trump mercredi tant que les sanctions ne seraient pas levées. (Mercredi 25 septembre 2019)
Keystone
Le président français Emmanuel Macron se démène pour organiser une rencontre entre e président iranien Hassan Rohani et Donald Trump. (Mercredi 25 septembre 2019)
Le président français Emmanuel Macron se démène pour organiser une rencontre entre e président iranien Hassan Rohani et Donald Trump. (Mercredi 25 septembre 2019)
AFP
En vue d'un accord historique sur le programme nucléaire de Téhéran, le secrétaire d'Etat américain John Kerry va retrouver à Lausanne son homologue iranien Mohammad Javad Zarif. (15 mars 2015)
En vue d'un accord historique sur le programme nucléaire de Téhéran, le secrétaire d'Etat américain John Kerry va retrouver à Lausanne son homologue iranien Mohammad Javad Zarif. (15 mars 2015)
1 / 150

Le président iranien Hassan Rohani a affirmé mercredi que la fin des sanctions contre son pays interviendrait d'ici mi-janvier.

Il tire ainsi les conséquences de la décision de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) de fermer le dossier nucléaire de Téhéran.

«Les chaînes des sanctions seront enlevées des pieds de l'économie iranienne et la voie sera ouverte pour une plus grande coopération avec le monde», a affirmé Hassan Rohani. Le gouvernement espère que la fin des sanctions et la venue des investisseurs étrangers permettra de relancer l'économie durement frappée par les sanctions internationales.

«Nous invitons tous les acteurs économiques dans le pays, tous les Iraniens vivant à l'étranger, toutes les sociétés étrangères qui veulent coopérer avec l'Iran de profiter de cette opportunité pour venir dans notre pays qui est le plus sûr de la région», a ajouté Hassan Rohani.

Feuille de route

L'AIEA a formellement refermé mardi le dossier concernant la dimension militaire passée (PMD) du programme nucléaire iranien. Cette étape était prévue par la feuille de route adoptée en juillet dans le cadre des négociations entre Téhéran et les grandes puissances qui ont débouché à Vienne sur un accord mettant fin à plus de treize ans de tensions sur le dossier nucléaire iranien.

L'accord de Vienne est destiné à garantir la nature strictement pacifique des activités nucléaires iraniennes contre une levée des sanctions internationales.

Démantèlement de centrifugeuses

Avant cette levée des sanctions, l'Iran doit encore exporter son stock d'uranium faiblement enrichi vers la Russie. Cela devrait intervenir d'ici quelques jours, selon les responsables iraniens.

Il doit aussi démanteler une grande partie de ses centrifugeuses pour n'en garder que 5060 dans le site d'enrichissement de Natanz et 1044 dans le site de Fordo, qui ne seront toutefois pas actives. Il doit aussi modifier son réacteur à eau lourde d'Arak.

M. Rohani a également affirmé que la décision de l'AIEA de fermer le dossier du PMD était une «victoire politique, morale et légale» de l'Iran. Elle a prouvé qu'il n'avait pas «menti» sur le caractère pacifique de son programme nucléaire les 14 dernières années.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.