Roundup: Monsanto sur le banc des accusés

Etats-UnisLe procès du Roundup a démarré lundi à San Francisco. Monsanto est accusé d'avoir caché la dangerosité du produit.

Le tribunal doit se pencher sur la plainte de Dewayne Johnson, un Américain de 46 ans qui a vaporisé du Roundup pendant plus de deux ans.

Le tribunal doit se pencher sur la plainte de Dewayne Johnson, un Américain de 46 ans qui a vaporisé du Roundup pendant plus de deux ans. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Monsanto s'est retrouvé lundi sur le banc des accusés lors d'un procès à San Francisco qui devra établir si son herbicide Roundup est cancérigène et si le groupe américain a volontairement caché la dangerosité de ce produit élaboré à partir du glyphosate.

Monsanto, qui vient d'être racheté par l'allemand Bayer et dont la raison sociale devrait bientôt disparaître, est visé par la plainte d'un particulier atteint d'un cancer en phase terminale après avoir vaporisé du Roundup pendant plusieurs années.

«Monsanto sait depuis 40 ans que les composants de base du Roundup peuvent provoquer des tumeurs chez des animaux de laboratoire», a affirmé, au nom de l'accusation, l'avocat Brent Wisner, au premier jour des audiences du procès à San Francisco. Celui-ci doit se pencher sur la plainte de Dewayne Johnson, un Américain de 46 ans qui a vaporisé du Roundup pendant plus de deux ans.

C'est le premier procès visant ce produit qui fait l'objet de centaines, voire de milliers, de procédures aux Etats-Unis. Officiellement ouvert mi-juin avec les procédures de désignation du jury, il est entré dans le vif du sujet lundi et devrait durer au moins trois semaines.

«Monsanto a utilisé tous les moyens à sa disposition pour effrayer les scientifiques et s'opposer aux chercheurs», a accusé Me Wisner en affirmant que Monsanto avait tout fait pour dissimuler le lien entre son produit et les risques de cancer.

Glyphosate

Vendu depuis plus de 40 ans, le Roundup, l'un des herbicides les plus utilisés au monde, contient du glyphosate, une substance très controversée et qui fait l'objet d'études scientifiques contradictoires quant à son caractère cancérigène.

Monsanto, qui risque des millions de dollars de dommages et intérêts dans ce seul dossier, a toujours fermement réfuté tout lien entre cancer et glyphosate.

Dewayne Johnson a été diagnostiqué il y a deux ans d'un lymphome non-hodgkinien, incurable, explique l'un de ses avocats David Dickens, du cabinet Miller, spécialisé dans la défense de particuliers s'estimant victimes de produits défectueux.

«Ce n'est pas la faute à pas de chance», ce n'est pas dû à un problème «génétique», «c'est à cause de son exposition continue au Roundup et au Ranger Pro» (produit similaire de Monsanto), qu'il a vaporisés entre 2012 et 2014 sur des terrains scolaires de la ville de Benicia, en Californie, assure Me Dickens.

Me Wisner a, lui, affirmé lundi que M. Johnson s'était entendu dire à propos du Roundup «qu'il pouvait le boire, qu'il n'était absolument pas toxique», mais qu'il avait néanmoins revêtu une combinaison et porté des lunettes protectrices ou de soleil lorsqu'il l'utilisait. La tâche de l'accusation est de convaincre les jurés du lien entre le Roundup et le cancer de Dewayne Johnson, alors qu'il n'a pas été prouvé scientifiquement en dépit de longues années de débat.

«Le cancer de M. Johnson est une terrible maladie et nous devons tous avoir la plus grande empathie pour l'épreuve qu'il traverse», a souligné lundi au tribunal l'avocat de Monsanto George Lombardi.

«Les preuves scientifiques montrent que les produits à base de glyphosate ne provoquent pas le cancer et n'ont pas entraîné le cancer de M. Johnson», a-t-il toutefois ajouté. Robert Kennedy Junior, fils de Bob Kennedy lui-même frère de l'ex-président des Etats-Unis John Kennedy assassiné en 1963, était assis au premier rang de l'auditoire lundi en tant que membre de l'équipe d'avocats rassemblée autour du plaignant.

«Le plus possible»

«Je ne pense pas que l'on puisse se dire surpris du fait que Monsanto a essayé d'empêcher le public de connaître (la dangerosité du produit) et de manipuler le processus d'autorisation», a-t-il affirmé à la presse hors du tribunal. Il a précisé que son propre cabinet avait 700 plaintes «dans les tuyaux» concernant le Roundup et des cas de cancer.

Interrogé sur le montant des dédommagements que pourrait obtenir M. Johnson, M. Kennedy a répondu: «Nous espèrons que M. Johnson pourra obtenir le plus possible». Contrairement à l'agence fédérale américaine de protection de l'environnement (EPA), la Californie, où se trouve San Francisco, a placé le glyphosate sur la liste des produits cancérigènes mais, suite à un recours en justice, cette mention ne figure pas obligatoirement sur les emballages des produits le contenant.

Le glyphosate est aussi classé «cancérigène probable» depuis 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer, un organe de l'OMS, contrairement aux agences européennes, l'Efsa (sécurité des aliments) et l'Echa (produits chimiques).

Le glyphosate fait particulièrement polémique en Europe. Après la décision de l'Union européenne en novembre de renouveler la licence de l'herbicide pour cinq ans, le gouvernement français s'est engagé à cesser d'utiliser cette substance pour les principaux usages d'ici trois ans. (afp/nxp)

Créé: 10.07.2018, 00h19

Articles en relation

Le premier procès du Roundup va démarrer

San Francisco Un tribunal américain se penche à partir de lundi sur la dangerosité du désherbant au glyphosate de Monsanto. Plus...

Malade du cancer, il traîne Monsanto au tribunal

États-Unis Le procès de Monsanto voulu par un malade du cancer s'ouvre pour la première fois en Californie. La décision du tribunal pourrait peser dans de nombreuses autres procédures en cours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.