Rupture du barrage: démissions en série

BrésilLe PDG de la compagnie minière responsable du barrage qui a cédé à Brumadinho a démissionné, comme 3 autres dirigeants.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président de la compagnie minière brésilienne Vale Fabio Schvartsman a renoncé «temporairement» à ses fonctions après la rupture du barrage de Brumadinho (sud-est), qui avait fait 186 morts et 122 disparus fin janvier, a annoncé samedi le groupe.

M. Schvartsman et trois autres dirigeants de la compagnie ont demandé à quitter provisoirement leurs fonctions après que le parquet et la police fédérale du Brésil eurent recommandé vendredi leur limogeage, a précisé Vale dans un communiqué. «Les demandes de démission temporaire de ces responsables ont été immédiatement acceptées», a indiqué la compagnie Vale dans un communiqué.

Dans une lettre adressée au conseil d'administration de l'entreprise, dont certains médias brésiliens ont eu connaissance, le président de la compagnie a demandé à quitter temporairement ses fonctions «dans l'intérêt de la continuité des activités de l'entreprise et en signe de solidarité avec les victimes et leurs familles».

186 morts et 122 disparus

Vale, premier producteur mondial de minerai de fer, est propriétaire du barrage minier de Brumadinho, dans l'Etat de Minas Gerais, qui a lâché le 25 janvier. Un torrent de boue de déchets miniers s'était alors déversé, faisant 186 morts et 122 disparus. La majorité des victimes travaillaient dans la mine Corrego do Feijao appartenant au groupe Vale, et beaucoup étaient en train de déjeuner dans la cantine d'entreprise au moment de la catastrophe.

Cette dernière s'est produite seulement trois ans après une tragédie similaire dans les environs, à la mine de Samarco (joint-venture de Vale et de l'australien BHP). Le désastre de 2015 avait touché la ville de Mariana, avec un nombre de morts (19) moins élevé qu'à Brumadinho. Il avait cependant ravagé l'écosystème local, devenant la pire catastrophe environnementale de l'histoire du Brésil.

Depuis la rupture du barrage de Brumadinho, la démission de Fabio Schvartsman, qui avait repris les rênes de la société minière en mai 2017 avec pour mot d'ordre «Mariana, plus jamais», était évoquée. (afp/nxp)

Créé: 03.03.2019, 04h17

Articles en relation

«Par précaution», évacuations près d'un barrage

Brésil Après la rupture d'un de ses barrages fin janvier, qui a fait 313 morts, la compagnie Vale ne veut prendre aucun risque. Plus...

Encore 182 disparus dans la boue de Brumadinho

Brésil Les autorités ont retrouvé 150 corps après la rupture d'un barrage minier à Brumadinho au Brésil. Plus...

Catastrophe au Brésil: le bilan passe à 134 morts

Amérique latine Les recherches se poursuivent à Brumadinho pour retrouver les corps des victimes, onze jours après le terrible accident où un barrage minier a cédé. Plus...

Barrage: impact incertain sur l'environnement

Brésil Après la rupture du barrage de Brumadinho, des prélèvements révèlent un niveau alarmant de métaux dans l'eau, sans parler des conséquences sur les sédiments et la chaîne alimentaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.