La rupture imminente d'un 2e barrage augure le chaos

BrésilUn second barrage menace de céder au Brésil, après un premier qui a fait au moins 37 morts et quelque 300 disparus vendredi.

La compagnie minière Vale a «détecté une hausse des niveaux de l'eau dans le barrage VI», voisin à celui qui s'est rompu vendredi.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une alerte a été lancée dimanche à Brumadinho, dans le sud-est du Brésil, face au risque d'une rupture imminente d'un second barrage minier. Une première catastrophe a fait au moins 37 morts et 300 disparus vendredi.

Samedi, le dernier bilan officiel faisait état de 34 corps retrouvés dans la marée de boue qui s'était écoulée du barrage. Les pompiers ont annoncé dimanche que trois autres avaient été comptabilisés. Les recherches de survivants, qui auraient dû reprendre dans la matinée après avoir été interrompues samedi soir, ont été suspendues après l'alerte donnée en raison du risque de rupture d'un autre barrage.

«Ce risque est réel, c'est pourquoi nos équipes ont interrompu les recherches et se consacrent uniquement à l'évacuation de la population qui habite les zones qui pourraient être touchées», a indiqué aux journalistes le chef du corps des pompiers local, Pedro Aihara. «Dès que l'alarme a été lancée, les pompiers ont commencé à évacuer les villages les plus proches du barrage», a-t-il dit.

À 5h30 du matin (8h30 en Suisse), les sirènes ont retenti dans cette bourgade de 39'000 habitants du Minas Gerais, réveillant en sursaut une population déjà traumatisée par le drame et, pour la plupart, l'angoisse d'être sans nouvelle de proches depuis deux jours.

Évacuation d'urgence

«Attention, évacuation générale de la zone, cherchez à gagner les lieux les plus élevés de la ville. Évacuation d'urgence», lançaient des haut-parleurs. «Nous avons vu plein de gens qui sortaient en courant, désespérés, et entendu les haut-parleurs qui disaient qu'un autre barrage risquait de rompre», a décrit Sagner Miranda, un plombier de 29 ans.

La compagnie minière Vale a indiqué dans un communiqué avoir actionné les alarmes après avoir «détecté une hausse des niveaux de l'eau dans le barrage VI», structure qui fait partie de la mine Corrego do Feijao, dont le barrage I s'est rompu vendredi. L'entreprise a souligné que le barrage VI «ne contient pas de déchets miniers», mais environ 3 à 4 millions de mètres cubes d'eau.

Pendant toute la journée de samedi, le ballet funèbre des hélicoptères était incessant, pour tenter de repérer le moindre signe de vie parmi les restes de bâtiments ou de véhicules. Les secouristes ont retrouvé un autocar destiné aux salariés totalement englouti, avec plusieurs corps sans vie à l'intérieur, qui n'ont pas pu être extraits et n'ont pas encore été comptabilisés officiellement.

Aide israélienne

Le président Jair Bolsonaro a survolé la zone samedi. Il a annoncé dimanche sur Twitter qu'une délégation de l'armée Israélienne allait arriver sur place dans la journée pour porter main forte aux autorités locales, avec 140 hommes et 16 tonnes de matériel. Un porte-parole des pompiers a expliqué qu'ils apporteraient des appareils munis de sonars capables de localiser des corps à grande profondeur, qui seront utilisés à partir de lundi.

L'Etat de Minas Gerais avait déjà été endeuillé en 2015 par la rupture d'un autre barrage minier près de Mariana, à 120 km de Brumadinho, qui avait fait 19 morts et causé un désastre environnemental sans précédent au Brésil.

Des centaines de kilomètres carrés avaient été submergés par un tsunami de boue, qui avait traversé deux États brésiliens et s'était répandu sur 650 kilomètres jusqu'à l'océan Atlantique à travers le lit du fleuve Rio Doce, l'un des plus importants du Brésil. Pour Luiz Jardim Wanderley, spécialiste des mines à l'Université de l'Etat de Rio de Janeiro (UERJ), d'autres catastrophes de ce type pourraient avoir lieu à l'avenir.

«Environ 10% des barrages n'ont pas leur stabilité assurée, ou il manque des informations sur leur état réel. Il reste un nombre assez élevé de barrages qui continuent à opérer sans les conditions de sécurité appropriées au Minas Gerais», a-t-il expliqué. (afp/nxp)

Créé: 27.01.2019, 11h46

Articles en relation

Le bilan de la rupture de barrage s'alourdit

Brésil Les recherches ont été suspendues samedi soir à Brumadinho, alors que le bilan provisoire est de 37 morts et 300 disparus. Plus...

«La maison d'Adelia a été engloutie»

Brésil La boue a englouti plusieurs maisons après la rupture d'un barrage minier au Brésil qui a fait au moins 34 morts et plus de 300 disparus. Témoignages de cette tragédie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.