Passer au contenu principal

Ex-espion empoisonnéLa Russie va expulser des diplomates à son tour

Suite à l'annonce de Londres, qui a décidé de renvoyer 23 diplomates russes, Moscou va riposter.

Selon une enquête indépendante, un haut gradé des services de renseignement militaires russes aurait empoisonné l'ancien espion russe Sergueï Skripal depuis Londres. (Samedi 29 juin 2019)
Selon une enquête indépendante, un haut gradé des services de renseignement militaires russes aurait empoisonné l'ancien espion russe Sergueï Skripal depuis Londres. (Samedi 29 juin 2019)
AFP
L'ancienne maison de Sergueï Skripal, à Salisbury, en cours de décontamination. La Grande-Bretagne a refusé l'accès diplomatique à l'ancien espion à la Russie. (Mardi 5 mars 2019)
L'ancienne maison de Sergueï Skripal, à Salisbury, en cours de décontamination. La Grande-Bretagne a refusé l'accès diplomatique à l'ancien espion à la Russie. (Mardi 5 mars 2019)
AFP
Serguei Skripal a été retrouvé inconscient, en compagnie de sa fille Youlia, dimanche sur un banc dans un centre commercial de Salisbury, à 140 km au sud-ouest de Londres. (4 mars 2018)
Serguei Skripal a été retrouvé inconscient, en compagnie de sa fille Youlia, dimanche sur un banc dans un centre commercial de Salisbury, à 140 km au sud-ouest de Londres. (4 mars 2018)
AFP
1 / 59

La Russie va «bien sûr» expulser des diplomates britanniques en riposte à l'expulsion de 23 de ses diplomates décidée par Londres suite à l'empoisonnement d'un ex-agent double russe réfugié en Angleterre, a annoncé vendredi le chef de la diplomatie russe.

«Nous allons bien sûr le faire», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, interrogé à Astana, au Kazakhstan, sur la réponse de Moscou aux sanctions britanniques.

Tout en dénonçant la position de Londres comme «absolument irresponsable», le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a indiqué jeudi que l'intensité de la riposte russe sera décidée in fine par le président Vladimir Poutine, actuellement en campagne électorale avant la présidentielle de dimanche.

Seule explication «plausible»

Londres, Berlin, Paris et Washington ont publié un communiqué commun affirmant que la responsabilité de Moscou était la seule explication «plausible» dans l'empoisonnement le 4 mars de l'ex-espion russe Sergueï Skirpal et de sa fille dans le sud de l'Angleterre à l'aide d'un agent innervant militaire.

La Russie clame son innocence et dément catégoriquement l'existence du programme d'armes chimiques «Novitchok», l'agent toxique mis en cause par les autorités britanniques dans cet empoisonnement.

La Russie a également annoncé préparer «des mesures de représailles» envers Washington à la suite des nouvelles sanctions américaines en réponse à l'ingérence présumée de Moscou dans l'élection présidentielle américaine de 2016 et à plusieurs cyber-attaques.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.