Ryad accepte d'accueillir les forces américaines

Arabie SaouditeL'Arabie Saoudite a autorisé, pour la première fois depuis 2003, les forces américaines à stationner sur son sol.

Le général américain Kenneth F. McKenzie Jr, lors d'une visite en Arabie Saoudite, le 18 juillet.

Le général américain Kenneth F. McKenzie Jr, lors d'une visite en Arabie Saoudite, le 18 juillet. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Arabie saoudite a décidé vendredi d'accueillir des forces américaines sur son sol, les deux pays étant désireux de faire «tout ce qui pourrait préserver la sécurité dans la région et sa stabilité», après de nouveaux incidents dans le Golfe et la «confiscation» d'un pétrolier britannique par l'Iran.

«Le roi Salman (...) a donné son accord pour accueillir des forces américaines afin d'accroître le niveau mutuel de coopération pour défendre la sécurité de la région et sa stabilité, et garantir la paix», a indiqué un porte-parole du ministère de la Défense saoudien, cité par l'agence d'Etat SPA.

L'Arabie saoudite n'avait plus hébergé de soldats américains depuis 2003 et le retrait de ces derniers à la fin de la guerre contre l'Irak. Ryad avait accueilli durant 12 ans des forces américaines, principalement aériennes, entre l'opération «Tempête du désert» en 1991, quand l'Irak avait envahi le Koweït, et la fin de la guerre en 2003, qui a vu la destitution de Saddam Hussein.

Tension dans le détroit d'Ormuz

Jusqu'à 200 appareils américains étaient ainsi stationnés sur la base Prince Sultan, à environ 80 kilomètres au sud de Ryad, au pic des opérations durant la guerre en Irak. Et plus de 2700 missions étaient gérées au quotidien par les quartiers généraux en Arabie saoudite.

En contrepartie de la présence de militaires américains, ces derniers étaient chargés de la formation de leurs homologues saoudiens. Cependant, les relations entre les deux pays n'ont pas toujours été au beau fixe durant ces 12 ans de coopération, notamment après les attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis, orchestrés par Oussama Ben Laden, lui-même d'origine saoudienne.

Vendredi, la tension est encore montée d'un cran dans la région du Golfe où l'Iran dit avoir «confisqué» un pétrolier battant pavillon britannique dans le détroit d'Ormuz, après 24 heures de polémique avec Washington à propos d'un drone «iranien» que les Américains disent avoir abattu. Par le détroit d'Ormuz transite le tiers du pétrole acheminé par voie maritime sur la planète. Les Etats-Unis ont dénoncé une «surenchère de la violence». (afp/nxp)

Créé: 20.07.2019, 01h14

Articles en relation

L'Iran appelle Londres à relâcher son pétrolier

Gibraltar Gibraltar a prolongé vendredi de 14 jours l'immobilisation d'un pétrolier iranien et affirme agir de son propre chef tandis que Téhéran accuse Washington. Plus...

L'Iran «confisque» un tanker britannique

Détroit d'Ormuz Les Gardiens de la Révolution ont intercepté vendredi deux pétroliers, un britannique et un libérien. Ce dernier a été relâché. Plus...

L'Iran enrichira l'uranium «autant que nécessaire»

Nucléaire Téhéran a annoncé qu'il allait enrichir l'uranium à un degré prohibé par l'accord international sur son programme nucléaire. Plus...

Trump envisage une courte guerre avec l'Iran

Etats-Unis Le président américain a avoué qu'il considérait un court conflit avec l'Iran si aucun accord n'est trouvé. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.