Saccage des Champs-Elysées: 89 personnes jugées

«Gilets jaunes»Le tribunal correctionnel de Paris a jugé en comparution immédiate 86 personnes impliquées dans les saccages des Champs-Elysées. 23 casseurs ont pris de la prison ferme.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vingt-trois condamnations à de la prison ferme ont été prononcées lundi et mardi par le tribunal correctionnel de Paris, après la manif des gilets jaunes de samedi. Il a jugé 86 personnes en comparution immédiate, à la suite du saccage des Champs-Elysées lors de l'acte 18 des «gilets jaunes», a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

La source judiciaire n'a pas précisé la durée des peines de prison ferme. En dessous de deux ans, il est possible, dans certaines conditions, d'aménager des peines de prison ferme (semi-liberté ou placement sous surveillance électronique).

Le tribunal a décerné 17 mandats de dépôt, qui peuvent viser des personnes qui ont été condamnées ou des prévenus qui ont demandé un délai pour préparer leur défense.

Il y a eu sur ces deux jours de comparutions immédiates, procédure qui permet de juger une personne tout de suite après sa garde à vue, 19 condamnations à une peine de prison assortie d'un sursis ou d'un sursis avec mise à l'épreuve.

Le tribunal a également prononcé 10 condamnations à un travail d'intérêt général (TIG) ou à une peine de prison assortie d'un sursis avec obligation d'accomplir un TIG. Il y a eu six relaxes. Le tribunal a prononcé 54 interdictions de séjour à Paris.

«Dichotomie terrible»

Des journalistes de l'AFP qui ont assisté à des comparutions ont noté l'absence, dans les salles d'audience où elles se trouvaient, de profils ultraviolents. Lundi, Sylvain Niel, avocat de plusieurs prévenus, a mis en avant "une dichotomie terrible" entre les scènes de destruction et de pillage sur les Champs-Elysées et les dossiers présentés en comparution immédiate.

Par ailleurs, onze suspects ont été mis en examen après le pillage d'une boutique de bijoux et objets en cristal Swarovski sur la célèbre avenue. Trois d'entre elles ont été placées en détention provisoire et les huit autres sous contrôle judiciaire.

Une autre information judiciaire, après le pillage d'un magasin de bijoux Bulgari sur la même avenue, a également été ouverte. Dans ce cadre, un suspect a été présenté à un juge d'instruction.

Au total, 235 majeurs et 21 mineurs ont été placés en garde à vue à Paris à la suite de cet acte 18 des «gilets jaunes». Parmi les majeurs, 101 procédures ont été classées sans suite, dont 82 après un rappel à la loi. (ats/nxp)

Créé: 20.03.2019, 18h57

Articles en relation

Une figure du mouvement victime de vandalisme

«Gilets jaunes» Le véhicule et le domicile d'Eric Drouet ont été endommagés dans la nuit de lundi à mardi, à Melun. Plus...

Acte XVIII: l'Elysée prend des mesures fermes

«Gilets jaunes» Le président Macron et son gouvernement prennent de nouvelles mesures sécuritaires, après la manif des «gilets jaunes» de samedi. Le préfet de police est limogé. Plus...

«Gilets jaunes»: 170 millions de dégradations

Paris La Fédération française de l'assurance (FFA) a fait les comptes... sans même prendre en compte l'acte 18, particulièrement violent samedi dernier. Plus...

Les Champs-Elysées se remettent au propre

Acte 18 des «Gilets jaunes» La mythique avenue parisienne tente de retrouver son charme au lendemain de la manif des «gilets jaunes» qui l'a bien saccagée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...