Passer au contenu principal

Salah Abdeslam refuse son extradition vers la France

Son avocat a précisé que son client a été placé sous «mandat d'arrêt» par le juge d'instruction.

La Belgique a demandé à la France de lui remettre Salah Abdeslam, seul terroriste vivant des attentats de Paris de novembre 2015. Elle veut le juger dans le cadre d'un autre procès. (Vendredi 27 octobre 2017)
La Belgique a demandé à la France de lui remettre Salah Abdeslam, seul terroriste vivant des attentats de Paris de novembre 2015. Elle veut le juger dans le cadre d'un autre procès. (Vendredi 27 octobre 2017)
AFP
La justice belge a inculpé un nouveau suspect en lien avec les attentats ayant fait 32 morts dans le centre et à l'aéroport de Bruxelles, le 22 mars 2016. (Mercredi 11 octobre 2017)
La justice belge a inculpé un nouveau suspect en lien avec les attentats ayant fait 32 morts dans le centre et à l'aéroport de Bruxelles, le 22 mars 2016. (Mercredi 11 octobre 2017)
AFP
L'enquête a montré que ces attentats avaient largement été préparés et coordonnés depuis Bruxelles. (Mardi 15 mars 2016)
L'enquête a montré que ces attentats avaient largement été préparés et coordonnés depuis Bruxelles. (Mardi 15 mars 2016)
AFP
1 / 63

Salah Abdeslam, suspect clé des attentats de Paris, refusera son extradition vers la France, a annoncé samedi à Bruxelles son avocat Sven Mary, en précisant que son client, blessé à la jambe, avait été placé «sous mandat d'arrêt», à savoir inculpé et placé en détention provisoire en droit belge.

«Ce que je peux vous dire, c'est qu'il collabore avec la justice belge. Dans une heure, nous serons de retour (devant le juge), dans le cadre du mandat d'arrêt européen, où la France demande son extradition, et d'ores et déjà je peux vous annoncer qu'on refusera son extradition vers la France», a déclaré l'avocat aux journalistes à l'issue d'une audition au siège de la police judiciaire fédérale à Bruxelles. «On va d'abord voir si le mandat d'arrêt européen est légal et puis on verra», a expliqué Me Mary.

«Ce n'est pas parce qu'il refuse qu'il ne sera pas remis», avait expliqué samedi à l'avocate française Florence Rouas-Elbazis, «mais cela peut entraîner un délai supplémentaire.

Abdeslam est «alité»

Pour décider d'autoriser sa remise à la justice française, les magistrats belges ne devront pas examiner le fond du dossier mais uniquement statuer sur le respect de la procédure en vigueur.

Salah Abdeslam, arrêté vendredi dans la commune bruxelloise de Molenbeek après quatre mois de cavale, est «alité» car il a été «blessé par balle à la jambe», a précisé Me Mary, l'un des ténors du barreau de Bruxelles choisi vendredi par la famille de Salah Abdeslam pour le défendre, et qui l'a rencontré «10 minutes» samedi.

Interrogé par la foule de journalistes pour savoir si son client confirmait avoir été présent à Paris le 13 novembre, jour des attentats qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés, Me Mary a répondu: «Il y était».

Vigilance aux frontières

Interpol a de son côté conseillé samedi à ses 190 pays membres d'exercer une «vigilance accrue» aux frontières, jugeant que des complices de ce suspect-clef des attentats de Paris pourraient être tentés de fuir.

«La capture» de Salah Abdeslam «pourrait encourager tout complice à tenter de fuir en Europe ou ailleurs», selon le communiqué de l'organisation internationale de police, dont le siège est à Lyon.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.