Les salariés seront jugés pour «violences aggravées»

Air FranceLes cinq salariés ont été déférés devant le parquet de Bobigny pour «violences aggravées».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après une trentaine d'heures de garde à vue, cinq salariés d'Air France ont été déférés mardi devant le parquet et seront jugés le 2 décembre pour les violences contre des dirigeants de la compagnie, dont les images ont fait le tour du monde.

Les cinq hommes, en garde à vue depuis lundi matin dans les locaux de la police aux frontières de Roissy, ont été déférés mardi après-midi devant un magistrat du parquet de Bobigny.

Jugement début décembre

Ils seront jugés le 2 décembre devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour des «faits de violences en réunion ayant entraîné une ITT (incapacité temporaire de travail) n'excédant pas huit jours», a précisé le parquet.

Âgés de 35 à 48 ans, quatre d'entre eux sont employés de la branche cargo Air France et le cinquième d'Air France Industries. Certains ont un mandat syndical à la CGT, selon une source proche du dossier.

Un rôle actif

Ils sont soupçonnés d'avoir eu un rôle actif dans les incidents du 5 octobre intervenus en marge du Comité central d'entreprise (CCE) consacré à l'annonce d'un plan de restructuration impliquant une possible suppression de 2900 postes, où deux dirigeants d'Air France avaient été molestés et obligés de s'enfuir, chemises arrachées, en escaladant des grilles de l'aéroport.

Selon le parquet, 14 plaintes ont été déposées après ces violences: neuf émanant de vigiles et cinq de cadres de l'entreprise.

Une enquête interne à la compagnie a par ailleurs permis d'identifier une dizaine de salariés comme impliqués dans ces violences. Les premières notifications de sanctions, qui pourraient aller jusqu'au licenciement, devaient être envoyées en ce début de semaine, selon une source proche du dossier.

Occupation de la zone de fret

A Roissy, plusieurs militants syndicaux et salariés de la compagnie continuaient d'occuper la zone de fret, en soutien aux cinq salariés déférés.

Les interpellations, lundi au petit matin, ont continué de susciter l'indignation dans les rangs de la gauche et des syndicats.

«Ce qui se passe est proprement scandaleux», a tonné le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, exprimant sa «colère».

Mélenchon s'emporte

«Une honte!», s'est emporté Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) sur BFMTV, tandis que Pierre Laurent (PCF) a jugé sur iTÉLÉ que «ces salariés n'ont rien à faire en garde à vue». «Les traiter comme des criminels, c'est vouloir les humilier et humilier à travers eux tous les salariés qui se sont mobilisés», a-t-il estimé.

«Il ne s'agit pas de réprimer les libertés syndicales ou l'expression syndicale. Il s'agit de réagir à des actes qui portent préjudice à l'action syndicale», leur a répondu le ministre des finances, Michel Sapin. (ats/nxp)

Créé: 13.10.2015, 17h38

Articles en relation

Six salariés d'Air France placés en garde à vue

Violences Manuel Valls et François Hollande avaient promis des sanctions. L'Etat possède 17% du capital d'Air France. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.