Passer au contenu principal

Sanaa: offensive de la coalition contre l'aéroport

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a lancé vendredi une offensive contre l'aéroport de Sanaa.

Un responsable rebelle s'est dit lundi favorable à un gel des opérations contre les forces loyalistes.
Un responsable rebelle s'est dit lundi favorable à un gel des opérations contre les forces loyalistes.
AFP
Le médiateur de l'ONU pour le Yémen a annoncé vouloir lancé «rapidement» des pourparlers pour la paix, après 4 ans de guerre civile. (Vendredi 16 novembre 2018)
Le médiateur de l'ONU pour le Yémen a annoncé vouloir lancé «rapidement» des pourparlers pour la paix, après 4 ans de guerre civile. (Vendredi 16 novembre 2018)
AFP
Le Yémen du Sud, ancien protectorat britannique indépendant depuis 1967, et le Yémen du Nord, ancienne possession ottomane indépendante depuis 1918, s'unifient le 22 mai 1990. Dès lors, ils forment la République yéménite, sous la présidence d'Ali Abdallah Saleh, président du Yémen du Nord depuis 1978.
Le Yémen du Sud, ancien protectorat britannique indépendant depuis 1967, et le Yémen du Nord, ancienne possession ottomane indépendante depuis 1918, s'unifient le 22 mai 1990. Dès lors, ils forment la République yéménite, sous la présidence d'Ali Abdallah Saleh, président du Yémen du Nord depuis 1978.
AFP
1 / 141

La coalition sunnite dirigée par l'Arabie saoudite a mené une offensive contre l'aéroport de la capitale yéménite Sanaa et une base aérienne adjacente, a déclaré vendredi le porte-parole de l'alliance. Les rebelles chiites Houthis lancent des missiles et des attaques par drones de ces sites.

Le trafic aérien et l'acheminement de l'aide humanitaire n'ont pas été affectés, a précisé le porte-parole à la chaîne Ekhbariya TV. Selon la chaîne de télévision des Houthis, Al Masirah, plus de 30 frappes aériennes ont été menées contre la base aérienne d'Al-Dulaimi à Sanaa et dans les zones environnantes.

Le mouvement houthi, soutenu par l'Iran, contrôle une grande partie du Yémen, notamment le nord du pays et la capitale Sanaa. Les rebelles contrôlent aussi le principal port du pays, Hodeïda, où la coalition a envoyé des renforts militaires malgré l'appel des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne à la cessation des hostilités.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.