Sanctions américaines contre des Russes

Droits humainsCinq Russes sont visés par des sanctions américaines, surtout financières, en raison de violations de droits humains.

Ces sanctions sont liées notamment à l'assassinat du leader de l'opposition russe Boris Nemtsov

Ces sanctions sont liées notamment à l'assassinat du leader de l'opposition russe Boris Nemtsov Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités américaines ont annoncé jeudi des sanctions contre cinq Russes en raison de violations de droits humains, y compris l'assassinat d'un leader de l'opposition et «la torture et les meurtres» de personnes LGBT en Tchétchénie.

Ces mesures interviennent quelques jours après la rencontre entre Vladimir Poutine, le président russe et le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, où les deux puissances semblaient avoir cherché des terrains d'entente.

Le département d'Etat américain a pris des mesures contre cinq individus et une entité, lors de la remise de son rapport annuel exigé par le Congrès sur la loi dite «Magnitsky», qui interdit l'entrée sur le sol américain et gèle les avoirs aux Etats-Unis des individus et entités accusés d'enfreindre les droits humains. Cette loi a été instaurée après la mort d'un avocat russe, Sergueï Magnitsky, mort mystérieusement en détention en Russie en 2009.

«Magnitsky Act»

Ces noms ont été ajoutés à la liste du «Magnitsky Act» car ils sont, selon ce communiqué de la diplomatie américaine, «responsables de récentes violations gravement notoires des droits humains, y compris le meurtre extrajudiciaire du leader de l'opposition russe Boris Nemtsov et la torture et les meurtres extrajudiciaires de personnes LGBTI dans la République tchétchène».

Boris Nemtsov, qui jouait un rôle important dans l'opposition à Vladimir Poutine et avait été vice-premier ministre à l'époque du président Boris Eltsine, a été abattu de quatre balles tirées à bout portant sur un pont à deux pas du Kremlin en 2015.

Parmi les individus visés par les sanctions, Ruslan Geremeyev, un responsable tchétchène, proche de Ramzan Kadyrov, le dirigeant autoritaire de cette petite république. M. Geremeyev a fait face à des accusations pour son implication dans le meurtre de M. Nemtsov. Les autorités américaines accusent également deux de ces individus - Gennady Karlov et Elena Trikulya - d'avoir dissimulé des faits sur la mort et la détention de Sergueï Magnitsky.

«Près de 10 ans après sa mort, nous restons préoccupés par l'impunité pour cela et les autres crimes violents contre des militants, des journalistes, des lanceurs d'alerte et l'opposition politique», a écrit dans ce communiqué, la porte-parole du département d'Etat, Morgan Ortagus. Elle a aussi fait part «d'une atmosphère intense d'intimidation pour ceux qui travaillent à révéler la corruption ou les violations des droits humains dans la fédération de Russie». (afp/nxp)

Créé: 17.05.2019, 05h08

Articles en relation

Pompeo en Russie: cinq points de discorde

Diplomatie Le menu s'annonce chargé pour la rencontre prévue mardi entre Vladimir Poutine et le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. Plus...

Pour évoquer l'Iran, Pompeo va à Bruxelles

Diplomatie Le secrétaire d'Etat américain se rend par surprise à Bruxelles, pour parler de l'Iran avec l'UE, avant d'aller en Russie. Plus...

Manifestation à Moscou en mémoire de Boris Nemtsov

Russie Des milliers de personnes ont rendu hommage à l'ancien opposant à Vladimir Poutine, abattu en 2015 alors qu'il travaillait sur un rapport concernant le conflit en Ukraine. Plus...

Les USA exigent la vérité sur la mort de Nemtsov

Assassinat Washington souhaite que la vérité éclate un an après la mort de l'opposant russe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.