Passer au contenu principal

Présidentielle américaineSanders apporte son soutien officiel à Clinton

L'ancien adversaire démocrate d'Hillary Clinton a annoncé, mardi, la soutenir pour succéder à Barack Obama.

Le médecin de Donald Trump a réalisé un bulletin de santé en 5 minutes, l'an passé. (Samedi 27 août 2016)
Le médecin de Donald Trump a réalisé un bulletin de santé en 5 minutes, l'an passé. (Samedi 27 août 2016)
Reuters
Une statue peu flatteuse de Donald Trump a fait beaucoup rire, à New York. (Jeudi 18 août 2016)
Une statue peu flatteuse de Donald Trump a fait beaucoup rire, à New York. (Jeudi 18 août 2016)
AFP
Marco Rubio, solide troisième chez les républicains selon des résultats partiels, a réalisé un bon score. Grand perdant de la soirée, Jeb Bush, l'ancien gouverneur de Floride, fils et frère de président, termine très loin derrière. (1er février 2016).
Marco Rubio, solide troisième chez les républicains selon des résultats partiels, a réalisé un bon score. Grand perdant de la soirée, Jeb Bush, l'ancien gouverneur de Floride, fils et frère de président, termine très loin derrière. (1er février 2016).
Reuters
1 / 149

Le démocrate Bernie Sanders a enfin scellé mardi sa réconciliation avec Hillary Clinton. Le sénateur «socialiste» du Vermont lui a apporté officiellement son soutien dans la campagne présidentielle américaine, deux semaines avant la convention démocrate qui doit investir l'ex-First Lady.

«Elle a gagné le processus des primaires démocrates», a déclaré le sénateur du Vermont. «Et je la félicite pour cela (...) et je ferai tout ce que je peux pour être sûr qu'elle sera le prochain président des Etats-Unis», a ajouté M. Sanders, lors d'un meeting commun dans un lycée de Portsmouth, dans l'Etat du New Hampshire (nord-est) où il a vivement critiqué le républicain Donald Trump.

C'était le premier meeting où s'affichaient ensemble les anciens rivaux des primaires démocrates, plus difficiles que prévu pour Mme Clinton. «Je suis là aujourd'hui pour expliquer le plus clairement possible pourquoi je soutiens Mme Clinton», a ajouté M. Sanders.

On oublie le passé

Plus de 12 millions d'Américains avaient voté aux primaires démocrates pour M. Sanders, grand pourfendeur de Wall Street et des inégalités, contre 15,8 millions pour Mme Clinton, à laquelle il s'était parfois vivement accroché: il l'avait notamment accusée en avril de ne pas être «qualifiée» pour être présidente.

«Elle sera une présidente extraordinaire et je suis fier d'être à ses côtés aujoud'hui, a-t-il déclaré mardi, tout en affirmant que la révolution politique chère à sa campagne devait continuer. Les échanges mardi entre les deux anciens rivaux n'ont cependant guère montré de chaleur.

Hillary Clinton avait gagné les primaires début juin, mais il aura fallu 35 jours à M. Sanders, 74 ans, avocat têtu d'une «révolution politique» qui avait séduit des millions d'Américains souvent jeunes, pour qu'il apporte son soutien à sa rivale.

Pour une plate-forme progressive

Il a négocié pied à pied avec l'équipe de l'ancienne secrétaire d'Etat, pour s'assurer que le programme du parti, qui doit être ratifié lors de la Convention nationale démocrate de Philadelphie (25-28 juillet), soit «le plus progressif de l'histoire du parti».

Parmi les thèmes chers au sénateur, nettement plus à gauche que Mme Clinton et très critique de ses liens avec Wall Street durant la campagne: l'université gratuite pour tous, un accès élargi à l'assurance maladie, le salaire minimum horaire à 15 dollars (contre 7,25 aujourd'hui), une réforme du système judiciaire, un engagement plus fort contre le changement climatique et une économie qui «marche pour tout le monde, pas seulement ceux au sommet».

Proposition «révolutionnaire»

Bernie Sanders semble avoir atteint une partie de ses objectifs, qu'il a répétés mardi, affirmant que Hillary Clinton les comprenait. Son équipe de campagne s'est félicitée de ce que le programme démocrate amendé ce week-end à Orlando en Floride contienne désormais un «salaire fédéral minimum de 15 dollars, lié à l'inflation».

Elle a aussi applaudi la nouvelle proposition de Hillary Clinton en matière d'accès amélioré à la santé, et son plan annoncé la semaine dernière pour que l'université publique devienne gratuite pour les familles gagnant moins de 125'000 dollars par an. Selon le camp Sanders, qui a salué une proposition «révolutionnaire», cela représente 83% des étudiants. Le programme démocrate prévoit aussi l'abolition de la peine de mort.

De nombreux supporteurs du sénateur Sanders se sont déjà dits prêts à voter pour Hillary Clinton, mais d'autres ont exprimé leur frustration.

ats/afp

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.