Le proche de Sarkozy libéré sous caution

Fonds libyensL'homme d'affaires français arrêté à Londres devra débourser 1,13 million d'euros avant d'être libéré.

Alexandre Djouhri.

Alexandre Djouhri. Image: DR/Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alexandre Djouhri, arrêté à Londres dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne électorale de l'ex-président français Nicolas Sarkozy en 2007, a obtenu sa liberté sous caution mercredi en attendant une audience d'extradition.

Il devra toutefois s'acquitter d'une caution d'un million de livres (1,32 million de francs), avant d'être effectivement libéré, a décidé le tribunal londonien de Westminster. L'audience d'extradition a été fixée au 17 avril.

Cet intermédiaire financier, familier des réseaux de la droite française et des affaires politico-judiciaires, avait été arrêté dimanche à l'aéroport d'Heathrow en vertu d'un mandat d'arrêt européen pour «fraude» et «blanchiment d'argent».

Proposition de caution insuffisante

A l'issue d'une audience lundi devant le tribunal londonien de Westminster, il avait été placé en détention provisoire. Le procureur Stuart Allen a réclamé mercredi son maintien en détention, arguant du fait qu'il était l'objet d'accusations graves, qu'il avait deux nationalités -française et algérienne- et de nombreux liens hors du Royaume-Uni ainsi que les moyens financiers nécessaires pour fuir à l'étranger.

Son avocat anglais Mark Summers a lui réclamé sa remise en liberté, soulignant que M. Djouhri avait deux enfants habitant à Londres. Il a proposé une caution de 200'000 livres. «Insuffisant, je le crains», a déclaré la juge Emma Arbuthnot qui a fixé la caution à 1 million de livres.

Résident suisse

M. Djouhri, 58 ans, qui a comparu vêtu d'un costume foncé et d'une chemise blanche, devra résider chez sa fille, a précisé la juge.

Résident suisse, Alexandre Djouhri fait figure de personnage-clé de l'enquête ouverte à Paris depuis 2013 pour vérifier les accusations lancées deux ans plus tôt par l'ancien président libyen Mouammar Kadhafi et son fils Seif el-Islam, selon lesquelles Nicolas Sarkozy avait bénéficié de leurs fonds pour sa campagne de 2007. L'ancien président rejette ces accusations tandis que son entourage nie que M. Djouhri figure parmi ses proches. (afp/nxp)

Créé: 10.01.2018, 14h09

Articles en relation

Un proche de Sarkozy interpellé à Londres

Présidentielle 2007 Un des acteurs clé de l'affaire libyenne dans le financement de la campagne de l'ex-président français avait été arrêté dimanche à l'aéroport de Heathrow. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.