Sarkozy: «le pire? Le Brexit et l'adhésion de la Turquie»

FranceL'ex-président français a prôné un nouveau traité «dont la France doit être à l'initiative dès l'été 2017».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le pire serait le Brexit et l'adhésion de la Turquie: on aurait fait le grand chelem de l'erreur!», a déclaré Nicolas Sarkozy, dans un entretien au journal Le Monde.

«Mais Brexit ou pas, il faudra, dans tous les cas de figure, refonder profondément le projet européen, et cela passera par un traité dont la France doit être à l'initiative, dès l'été 2017», a souligné l'ancien président, candidat à la primaire au sein de l'opposition de droite en prévision de la présidentielle de 2017 en France.

La question du maintien ou non du Royaume-Uni au sein du bloc des 28 pays de l'UE est soumise le 23 juin à référendum. «Le débat sur le Brexit est une opportunité pour refonder l'Europe», a estimé Nicolas Sarkozy.

«Penser que la Turquie peut durablement gérer et résoudre ses problèmes est une erreur. L'Europe peut-elle faire confiance à un pouvoir turc, qui évolue de plus en plus vers un régime autoritaire? Je le conteste», a-t-il dit, jugeant «irresponsable» la suppression des visas «dans le climat sécuritaire actuel», et «incompréhensible» la relance des négociations d'adhésion «compte tenu de l'évolution du pouvoir turc sur les libertés publiques».

Prestations sociales harmonisées

Nicolas Sarkozy a souhaité la création d'un «euro-Schengen, c'est-à-dire un gouvernement de Schengen composé des ministres de l'Intérieur des pays membres, avec un président stable, qui aurait autorité sur Frontex». Il souhaite également que «la liberté de circulation des extra-communautaires ne soit plus permise dans l'Union européenne, tant que Schengen 2 ne sera pas adopté».

Nicolas Sarkozy veut aussi «l'adoption préalable d'une politique d'immigration commune, avec notamment une harmonisation des prestations sociales accordées aux demandeurs d'asile, pour éviter le tourisme social. Au-delà des demandeurs d'asile, tout nouvel entrant dans l'Union européenne ne pourra pas toucher une allocation sociale avant un délai de cinq ans, à l'image de ce que font les Britanniques, et projettent de faire les Allemands».

(afp/nxp)

Créé: 17.05.2016, 11h50

Articles en relation

Boris Johnson s'attire les foudres de Donald Tusk

Brexit Le président du Conseil européen n'a pas apprécié que l'ex-maire de Londres compare le projet de l'UE à celui d'Adolf Hitler. Plus...

«Brexit»: 15 points d'avance pour le maintien

Royaume-Uni Un sondage donne 55% des voix au maintien du pays dans l'UE. Plus...

Un samedi de campagne en vue du vote sur le Brexit

Grande-Bretagne A six semaines du scrutin, les deux camps intensifient leurs actions. Un millier d'événement a lieu dans tout le pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.