Sarkozy: «Je sens la République suffoquer»

FranceL'ex-président français estime que «les barbares nous attaquent» parce qu'ils «croient que nous sommes faibles».

L'ex-président français Nicolas Sarkozy à Avrigny, dans le Nord. (28 juillet 2016)

L'ex-président français Nicolas Sarkozy à Avrigny, dans le Nord. (28 juillet 2016) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nicolas Sarkozy, président des Républicains, estime, après les attentats de 2015 et 2016, que «les barbares nous attaquent» parce qu'ils «croient que nous sommes faibles» et «donc, ils se déchaînent», dans un entretien à Valeurs actuelles à paraître jeudi 11 août.

«Je sens la République suffoquer», affirme Nicolas Sarkozy dans cette interview, qui s'est déroulée sur son lieu de vacances au Cap Nègre (Var), dans la propriété familiale de son épouse Carla Bruni-Sarkozy.

«En vingt mois, il y a eu 237 Français assassinés. Ils le sont parce que les barbares qui nous attaquent croient que nous sommes faibles. Voilà la vérité. Et donc ils se déchaînent. Cette situation est insupportable», dit-il.

Détermination totale

Selon l'ancien chef de l'Etat, «la France vulnérable, ce n'est pas la France». «La guerre nous a été déclarée. La guerre. La France doit être impitoyable, elle doit faire changer la peur de côté. Elle ne doit pas se perdre dans des débats abscons. L'Etat de droit, par exemple, n'a rien à voir avec les tables de la Loi de Moïse, gravées sur le mont Sinaï. Qu'y a-t-il de plus évolutif que le droit ?» s'interroge-t-il.

Contre le terrorisme islamiste, «la guerre devra être menée par la République, partout, tout le temps, avec une détermination totale», assène-t-il.

«Il y a une guerre extérieure et une guerre intérieure. Pour gagner la guerre extérieure, il faudra se réconcilier avec les Russes, et convaincre nos partenaires arabes d'envoyer des troupes au sol, car une guerre ne se gagne pas seulement à 10'000 mètres d'altitude. Sur le front intérieur, enfin, il faut une reprise en main. Il doit y avoir une réponse politique qui dépasse l'indispensable riposte pénale et les mesures de sécurité à mettre en place», affirme-t-il également.

«La République ne reculera plus sur rien»

Cette réponse «doit obéir à une stratégie simple: la République ne reculera plus sur rien. Cela implique d'interdire les expressions communautaires dans les entreprises, le voile à l'université comme dans l'entreprise et les menus de substitution dans les cantines scolaires», ajoute-t-il.

A propos de la primaire pour 2017, pour laquelle il s'apprête à déclarer sa candidature (d'ici au 25 août), l'ex-président se contente d'affirmer que «ce qui compte, ce n'est pas tant l'annonce de la candidature, c'est ce qu'il y aura dedans, c'est le comment, c'est le contenu».

(afp/nxp)

Créé: 11.08.2016, 05h28

Articles en relation

Bernadette Chirac prête à travailler pour Sarkozy

France L'épouse de Jacques Chirac souhaite aider Nicolas Sarkozy à mener sa campagne pour la primaire de la droite dans la perspective des élections présidentielles de 2017. Plus...

Sarkozy: «le pire? Le Brexit et l'adhésion de la Turquie»

France L'ex-président français a prôné un nouveau traité «dont la France doit être à l'initiative dès l'été 2017». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.