Scandale de la viande de cheval: procès en vue

FranceLes deux anciens dirigeants de l'entreprise Spanghero devraient être jugés après l'enquête sur la viande de cheval vendue comme du boeuf.

L'affaire avait démarré au Royaume-Uni début 2013. La Suisse avait été également touchée.

L'affaire avait démarré au Royaume-Uni début 2013. La Suisse avait été également touchée. Image: Illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parquet de Paris a demandé le renvoi en procès de deux anciens dirigeants de l'entreprise française Spanghero dans l'enquête sur la viande de cheval vendue comme du boeuf. L'affaire remonte à 2013.

Dans ses réquisitions, le parquet de Paris demande le renvoi en procès de l'ancien dirigeant de fait de cette entreprise du sud-ouest de la France, Jacques Poujol, de l'ex-directeur du site, Patrice Monguillon, et de deux négociants néerlandais, notamment pour escroquerie en bande organisée et tromperies aggravées. Le juge d'instruction doit encore décider s'il suit ou non ces réquisitions.

Les quatre protagonistes sont soupçonnés d'avoir trompé la société de fabrication de plats préparés Tavola, filiale du sous-traitant français Comigel, en lui vendant en 2012 et début 2013 plus de 500 tonnes de viande présentée comme du boeuf alors qu'il s'agissait en réalité de cheval, notamment en modifiant l'étiquetage des produits.

«L'analyse du parquet est totalement contestée par M. Poujol. Il a été victime d'un importateur de viande malhonnête», a déclaré vendredi un des avocats, Laurent de Caunes, sans dire qui il visait.

Une certaine opacité

L'affaire, qui avait démarré au Royaume-Uni début 2013, s'était étendue à toute l'Europe. La Suisse avait été également touchée. Ce dossier avait mis en lumière la complexité et l'opacité des circuits d'approvisionnement et de transformation, avant que les aliments ne se retrouvent dans les assiettes, le plus souvent sous la forme de plats préparés et conditionnés, comme des lasagnes en barquettes.

Plusieurs marques de surgelés, comme Findus et Picard, avaient été touchées, dans un contexte de tromperie massive portant sur 750 tonnes de viande écoulée dans 13 pays européens, soit 4,5 millions de plats cuisinés, avait révélé l'autorité française anti-fraudes. (ats/nxp)

Créé: 14.10.2016, 17h45

Articles en relation

Scandale de la viande de cheval: un trader indélicat écroué

France La société appartenant au trader est considérée comme celle ayant fourni de la viande de cheval à la société française Spanghero. Seize pays ont été concernés par ce scandale alimentaire. Plus...

Un ex-dirigeant de Spanghero en détention provisoire

Viande de cheval Le directeur général de Spanghero, l'entreprise impliquée dans le scandale de la viande de cheval vendue pour du boeuf, a été mis en examen notamment pour «escroquerie en bande organisée». Plus...

Deux cadres de Spanghero mis en examen en France

Viande de cheval Deux cadres de l'ancienne société Spanghero, au coeur du scandale de la viande de cheval vendue comme du boeuf, ont été mis en examen vendredi. Plus...

Huit cadres de l'ex-Spanghero ont été interpellés

Viande de cheval L'enquête sur le scandale de la viande de cheval vendue pour du boeuf a conduit à l'arrestation de huit cadres de Spanghero pour «tromperie simple et tromperie aggravée». Plus...

Spanghero supprime 240 emplois

Lasagnes au cheval L'entreprise Spanghero, au cœur du scandale de la viande de cheval, a annoncé la suppression de 240 emplois. Une reprise partielle du personnel est toutefois envisagée. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.