Scott Morrison minimise son échange avec Trump

Enquête russeDonald Trump avait demandé au Premier ministre australien de rassembler des preuves pour discréditer l'enquête sur l'ingérence russe.

Le Premier ministre australien s'était entretenu par téléphone avec Donald Trump au sujet de l'enquête sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine de 2016.

Le Premier ministre australien s'était entretenu par téléphone avec Donald Trump au sujet de l'enquête sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine de 2016. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Scott Morrison, le Premier ministre australien, a minimisé mercredi l'importance d'un échange téléphonique avec Donald Trump. Celui-ci lui demandait de l'aider à rassembler des informations afin de discréditer l'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine de 2016.

Scott Morrison a qualifié cet appel de «bref et ordinaire», affirmant que le président américain lui avait simplement demandé d'établir «un point de contact» au sein du gouvernement australien pour des investigations dont M. Trump espérait qu'elles discréditeraient les accusations d'ingérence russe dans sa campagne.

«Conversation ordinaire»

«La conversation a été ordinaire», a déclaré à la chaîne de télévision Sky News le Premier ministre australien issu du Parti libéral (centre-droit). «Nous avons dit que nous étions prêts à aider et à coopérer à cette enquête, ce qui n'est pas inhabituel. Les États-Unis sont un allié important, en fait, notre allié le plus important, et nous avons l'habitude de partager beaucoup d'informations», a affirmé M. Morrison.

«L'Australie ne ferait jamais rien de contraire à notre intérêt national. Cela aurait été, franchement, plus surprenant si nous avions choisi de ne pas coopérer», a-t-il ajouté. Quelques heures auparavant, le dirigeant de l'opposition australienne, le travailliste Anthony Albanese, avait exigé de savoir quelles informations Canberra avait transmises à Washington.

M. Morrison n'a pas révélé les informations que l'Australie aurait éventuellement fournies aux États-Unis. Il a affirmé que le processus était désormais du ressort de l'administration. (ats/nxp)

Créé: 02.10.2019, 12h31

Articles en relation

L'ingérence russe ne dérange pas Trump

Etats-Unis Selon le Washington Post, le président Trump aurait déclaré ne pas voir d’inconvénients à ce que la Russie s'ingère dans les élections américaines. Plus...

Robert Mueller: «Mon enquête n’est pas une chasse aux sorcières»

États-Unis L’ancien procureur spécial qui a investigué sur l’ingérence russe a offert des arguments laconiques à l’opposition à Trump. Plus...

Robert Mueller refuse de blanchir Donald Trump

Etats-Unis Le procureur spécial qui a mené l’enquête sur l’ingérence russe dans la présidentielle américaine, est sorti de son silence mercredi. Il a souligné qu’il ne pouvait légalement pas poursuivre le président des Etats-Unis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.