Second tour dans une France politique dévastée

ElectionsSocialistes atones, Républicains divisés et FN fort: l'ambiance est inédite, à la veille du second tour des régionales françaises.

Dimanche aura lieu le second tour des élections régionales françaises, après un premier tour et un entre-deux tour éprouvants pour les partis traditionnels. (Image d'illustration)

Dimanche aura lieu le second tour des élections régionales françaises, après un premier tour et un entre-deux tour éprouvants pour les partis traditionnels. (Image d'illustration) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La France vote dimanche pour le deuxième tour de ses élections régionales. Le scrutin intervient une semaine après le séisme d'un premier tour marqué par l'omniprésence de l'extrême droite face à une gauche au pouvoir et une opposition de droite affaiblies et déboussolées.

Le Front national (FN) de Marine Le Pen, qui a recueilli le plus fort score au niveau national (28%, et jusqu'à 40% dans le Nord et le Sud), espère conquérir plusieurs des 13 régions en métropole. Il table à la fois sur le rejet des partis traditionnels, impuissants à résoudre la crise économique, et sur les peurs provoquées par les attentats djihadistes du 13 novembre à Paris (130 morts).

Ce serait une première dans son histoire, 18 mois avant la présidentielle de 2017 que la patronne du parti d'extrême droite juge aujourd'hui à sa portée.

Sondages incertains

Les sondages restent cependant incertains: Marine Le Pen, 47 ans, qui brigue la présidence de la grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, pourrait être battue de justesse par le candidat de droite (Les Républicains, LR) Xavier Bertrand. Celui-ci bénéficie d'un désistement en sa faveur du candidat socialiste, en déroute dans cette terre pourtant historiquement ancrée à gauche.

Marion Maréchal le Pen, 26 ans, nièce de Marine, pourrait elle aussi manquer de peu la présidence de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Là aussi en raison d'un désistement socialiste au profit du LR Christian Estrosi.

Sauver les meubles

Cette politique du «front républicain» est prônée par la gauche au pouvoir pour faire barrage à «l'arnaque» du FN dénoncée par le Premier ministre Manuel Valls. Elle sera peut-être en mesure de sauver les meubles pour les formations traditionnelles dans deux régions emblématiques de l'enracinement du parti populiste.

Mais le FN est aussi en position de force dans l'Est, où le candidat socialiste a refusé de se retirer malgré l'injonction de son parti, et dans la région Bourgogne-Franche-Comté (centre-est).

La droite, qui s'affirme l'alternative à une gauche décrédibilisée par trois ans et demi de présidence de François Hollande, n'a pu empêcher le glissement d'une partie de ses électeurs vers le FN. Elle apparaît comme la grande perdante du premier tour, avec seulement 27% des voix.

Sarkozy voué aux gémonies

Son chef, Nicolas Sarkozy, ancien président (2007-2012) en piste pour 2017, a rejeté toute idée de «front républicain» gauche-droite contre le FN lorsque les listes des LR sont arrivées en troisième position.

Il a déclaré mercredi que le vote FN n'était «pas immoral» et réparti équitablement ses coups entre gauche et extrême droite. Résultat, ni Xavier Bertrand, ni Christian Estrosi, ni la candidate LR en région parisienne, Valérie Pécresse, n'ont souhaité sa participation à leurs meetings de campagne.

Les Républicains sont profondément divisés sur la stratégie imposée par Nicolas Sarkozy, partisan de disputer au FN ses thèmes fétiches de la sécurité, de l'immigration et de l'identité nationale. Ce positionnement lui avait déjà valu sa défaite à la présidentielle de 2012 et légitime celui qu'il prétend combattre, selon ses détracteurs.

Mobilisation espérée

«Pour un grand nombre d'électeurs, le FN va devenir le parti de la droite le plus à même de gagner la présidentielle, le plus proche de leurs positions, le plus crédible», analyse le politologue Joël Gombin, qui prédit «des lendemains fort difficiles pour les Républicains».

Quant à la gauche, qui tenait la majorité des régions, elle résiste mieux que prévu si l'on additionne les voix de toutes les listes qui s'en réclament: socialistes (23%), écologistes et extrême gauche (11% à eux deux).

Mais cet éparpillement, fruit notamment de dissensions profondes sur la politique «social-libérale» de François Hollande et de Manuel Valls, impuissants à faire baisser le chômage, va lui coûter cher en terme de sièges. Après les défaites aux municipales de 2014 et aux départementales du printemps 2015, le PS et ses anciens alliés semblent engagés dans un déclin irréversible.

Abstention, l'inconnue

La grande incertitude reste le comportement de la moitié des électeurs qui se sont abstenus au premier tour, indice de la désillusion d'un grand nombre de citoyens envers le jeu politique.

Dans les banlieues populaires, «c'est dans les villes ayant le plus contribué à la victoire de François Hollande qu'on a eu la plus forte démobilisation», relève le chercheur en sciences politiques Antoine Jardin.

«Le seul argument de mobilisation de gauche et de droite, ça devient de battre soit l'adversaire, soit le FN. Il n'y a rien de moins mobilisateur, surtout dans le contexte de fatigue démocratique dans lequel se trouve le pays», souligne Joël Gomblin. (ats/nxp)

Créé: 12.12.2015, 06h55

Articles en relation

«Le FN n’aura pas l’Alsace et la Lorraine»

Elections en France Dans le Grand-Est français, Florian Philippot est arrivé en tête au premier tour. L’union de la droite se motive pour rattraper le FN. Reportage. Plus...

Avant le 2e tour, la double angoisse de Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen

Elections régionales en France Au second tour des régionales, Xavier Bertrand et Marion Maréchal-Le Pen pourraient bien voler la vedette aux deux leaders. Plus...

2e tour: le candidat PS dans l'Est refuse de se retirer

Régionales françaises Arrivé 3e au 1er tour, le candidat socialiste Jean-Pierre Masseret a mis fin mardi au suspense entourant sa candidature. Il invoque le «libre choix» des citoyens pour justifier son maintien. Plus...

Sarkozy refuse de fusionner avec les socialistes

Régionales 2015 Au lendemain d'un score «historique» du FN, les partis ont pris position, dans la nuit, pour préparer le second tour. Plus...

Après la «percée historique» du FN, la presse est sous «le choc»

Régionales 2015 Sur tous les tons, les éditorialistes français s'interrogent sur les causes et les conséquences du score du Front national. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...