Le Sénat s'oppose à Bolsonaro sur les armes

BrésilLe Sénat brésilien a voté contre le décret qui libéralisait la vente d'armes. L'Assemblée nationale aura le dernier mot.

Cette mesure est l'une des promesses de campagne emblématiques de Jair Bolsonaro.

Cette mesure est l'une des promesses de campagne emblématiques de Jair Bolsonaro. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Sénat du Brésil s'est opposé mardi au décret pris par le président Jair Bolsonaro en mai qui libéralisait la vente d'armes, une de ses promesses emblématiques de campagne. Le dernier mot reviendra désormais à l'Assemblée nationale.

Le Sénat a approuvé (par 47 voix contre 28) la requête d'une de ses propres commissions, qui avait demandé la suspension du décret présidentiel. M. Bolsonaro avait auparavant fait pression sur les sénateurs en leur demandant de «ne pas laisser mourir» son décret. Lors d'un acte officiel, il avait défendu sa politique consistant à faciliter l'octroi d'armes afin de lutter contre la violence.

Son décret avait suscité les critiques de parlementaires, experts et divers secteurs de la société, considérant qu'il allait augmenter la violence, qui a généré 65'602 assassinats en 2017, selon des chiffres officiels. Cela revient à 31,6 homicides pour 100'000 habitants, soit le triple du niveau considéré par l'ONU comme de la violence endémique.

Le décret autorisait le port d'armes dans la vie publique pour les politiciens, les agriculteurs, les chauffeurs routiers, les chasseurs et ceux qui pratiquent le tir sportif, entre autres. Il portait de 50 à 5000 le nombre de munitions qu'un propriétaire d'armes pouvait acheter par an, en fonction du calibre.

Malgré une intense campagne ces derniers jours sur les réseaux sociaux, M. Bolsonaro a dit mardi qu'il accepterait une défaite devant le corps législatif. «Je ne peux rien faire. Je ne suis pas un dictateur, je suis un démocrate», a-t-il dit à des journalistes. (ats/nxp)

Créé: 19.06.2019, 04h19

Articles en relation

Bolsonaro critique la Cour suprême du Brésil

Criminalisation de l'homophobie Alors que la Cour suprême brésilienne vient de criminaliser l'homophobie au même titre que le racisme, le président d'extrême droite proteste. Plus...

Au Brésil, grosses manifs contre Bolsonaro

Amérique latine Des manifestations d'ampleur ont pris place jeudi contre le président brésilien Jair Bolsonaro. Plus...

Les droits de l'Homme menacés sous Bolsonaro

Amnesty International Les droits à la vie, à la santé, à la liberté et à la terre sont menacés depuis que Jair Bolsonaro est président du Brésil, selon Amnesty International. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...