Le Sénat vote pour brider l'action de Trump

États-UnisJeudi, les sénateurs américains ont décidé de limiter l'action militaire du président en Iran.

Iran-Etats-Unis: 40 ans de relations tendues.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Sénat américain a adopté jeudi une résolution visant à limiter une action militaire de Donald Trump contre l'Iran, un nouveau camouflet pour le président américain qui devrait user de son droit de veto. Fait rare à la Chambre haute du Congrès contrôlée par les républicains, huit d'entre eux se sont associés aux démocrates pour approuver cette résolution (55 pour, 45 contre).

Le texte demande au président de ne pas engager les forces armées dans des hostilités contre l'Iran «ou toute partie de son gouvernement ou de son armée», sans autorisation explicite pour une déclaration de guerre ou une autorisation spécifique pour l'usage de la force militaire. Il souligne toutefois que le président garde la capacité d'engager une action militaire en cas d'attaque «imminente» contre le pays.

Le sénateur républicain David Perdue a dénoncé jeudi une résolution «à courte vue» qui va «encourager l'Iran et augmenter la possibilité d'une attaque». La résolution sera maintenant étudiée par la Chambre des représentants, où elle a de grandes chances d'être également adoptée. Cela lancerait «un très mauvais signal» pour la sécurité des États-Unis, avait mis en garde Donald Trump mercredi sur Twitter.

Les démocrates s'étaient vivement inquiétés du pic de tensions survenu après la frappe américaine qui a tué un puissant général iranien, Qassem Soleimani, le 3 janvier. Téhéran avait répliqué en tirant des missiles sur des bases utilisées par l'armée américaine en Irak et plus de 100 soldats américains avaient souffert de «commotions cérébrales légères».

«Un plus grand risque»

«Le président Trump a piétiné la Constitution, contourné le Congrès et lancé une frappe qui a tué le général Soleimani», a dit la démocrate Tammy Duckworth après le vote. «Je suis contente qu'il soit mort», a affirmé cette ancienne militaire qui a perdu ses deux jambes en Irak. Mais «cette décision fait courir un plus grand risque aux Américains car (le président) n'avait pas de bon plan pour réagir aux conséquences de la guerre».

La Chambre avait approuvé début janvier à une confortable majorité (224 voix pour, et 194 contre) une résolution distincte mais portant sur le même sujet. La version adoptée jeudi, présentée par le sénateur démocrate Tim Kaine a été amendée pour obtenir le soutien de certains sénateurs républicains, indignés par les informations parcellaires données par la Maison Blanche sur la spectaculaire opération contre le chef de la Force al-Qods, l'unité d'élite du régime iranien chargée des opérations extérieures.

Attaque de roquette

Il y a un consensus au sein de la classe politique américaine pour dire que le gouvernement iranien «soutient le terrorisme» et que le général Soleimani était «le principal architecte de la plupart des activités déstabilisatrices de l'Iran à travers le monde», indiquait la résolution de la Chambre. Mais les démocrates accusent Donald Trump d'avoir mené une opération «disproportionnée et provocatrice» pour éliminer Soleimani.

Le milliardaire républicain estime quant à lui ne pas avoir «l'obligation» de solliciter les parlementaires avant d'ordonner des frappes militaires contre une cible ennemie. En avril 2017, plusieurs élus américains avaient reproché à Donald Trump de ne pas avoir consulté le Congrès avant de mener des frappes contre une base militaire syrienne, selon lui responsable d'une attaque chimique contre des civiles dans la province rebelle d'Idleb.

Obtention de l'autorisation du Congrès

Depuis 1973, la «War Powers Resolution» contraint le président américain à obtenir l'autorisation du Congrès pour toute intervention militaire de plus de 60 à 90 jours. George W. Bush l'avait obtenue après les attentats du 11 septembre 2001, puis avant l'intervention américaine en Irak. Elles n'étaient pas limitées dans la durée. Ces deux autorisations constituent la base juridique controversée des opérations américaines en Irak et en Syrie contre le groupe État islamique (EI).

Quelques heures avant le vote de jeudi, une base aérienne abritant des soldats américains dans le nord de l'Irak a été frappée par une roquette, sans faire de blessé selon un premier bilan des sources de sécurité. L'armée américaine a également annoncé jeudi avoir intercepté en mer d'Oman une cargaison d'armes iraniennes destinés aux rebelles yéménites Houthis.

En 2019, Donald Trump avait déjà subi un camouflet quand le Congrès avait voté une résolution exigeant l'arrêt du soutien américain à la coalition militaire saoudienne dans la guerre au Yémen, à l'exception des opérations visant les groupes djihadistes. Il y avait mis son veto. (afp/nxp)

Créé: 13.02.2020, 20h44

Un Boeing ukrainien s'écrase en Iran.

Galerie photo

Articles en relation

Washington accuse l'Iran de développer des missiles

Etats-Unis Mike Pompeo a reproché ce mardi à l'Iran d'accroître ses compétences en matière de missiles balistiques par le biais du lancement d'un satellite. Plus...

L'Iran dit avoir subi une nouvelle cyberattaque

Internet L'attaque visait la connexion de certains fournisseurs d'accès à Internet, selon le gouvernement. Plus...

Le Sénat américain pourrait désavouer Trump

États-Unis Des sénateurs républicains comptent voter une résolution visant à limiter le pouvoir militaire de Donald Trump contre l'Iran. Plus...

Boeing abattu en Iran: 2 missiles l'auraient touché

Catastrophe aérienne De nouvelles images publiées mardi montrent que deux missiles auraient provoqué la chute du Boeing ukrainien à Téhéran. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.