Des séparatistes catalans sortent de prison

EspagneMardi, des indépendantistes ont quitté leur cellule pour être auditionnés par le parlement régional catalan, en Espagne. Le même jour, la Cour des comptes a réclamé 4,1 millions d'euros à plusieurs dirigeants séparatistes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Six séparatistes catalans condamnés à la prison pour la tentative de faire sécession d'Espagne en 2017 sont sortis exceptionnellement de prison mardi pour comparaître devant une commission du parlement régional catalan. Ces anciens membres du gouvernement séparatiste catalan de Carles Puigdemont qui s'est exilé en Belgique, dont son ancien numéro deux Oriol Junqueras, ont été accueillis par quelques dizaines de militants séparatistes sous les applaudissements et les cris de «liberté».

C'est la première fois que ces indépendantistes apparaissent publiquement depuis leur condamnation mi-octobre qui avait entraîné de nombreuses manifestations dont certaines ont dégénéré en violences.

Le gouvernement régional séparatiste catalan, qui dispose de larges compétences notamment en matière pénitentiaire, les a autorisés à sortir pour comparaître devant une commission d'enquête du parlement régional sur la mise sous tutelle de la région par Madrid en 2017 suite à la tentative de sécession.

Sur fond de tensions

Cette sortie temporaire de prison de ces dirigeants indépendantistes intervient sur fond de tensions entre les deux grands partis séparatistes, Ensemble pour la Catalogne (JxC) de Carles Puigdemont et Gauche républicaine de Catalogne (ERC) d'Oriol Junqueras, qui gouvernent ensemble la région.

Ces tensions ont connu un point d'orgue lundi quand ERC a balayé les appels de JxC à ne pas obéir à la décision de justice privant le président catalan Quim Torra (JxC) de son mandat de député régional.

«Conflit politique»

Dirigé par Junqueras depuis la prison, ERC a appuyé début janvier la reconduction au pouvoir du chef du gouvernement socialiste Pedro Sanchez en échange d'une négociation sur le «conflit politique» en Catalogne qui est vue d'un mauvais oeil par JxC.

«Il n'y a pas plus indépendantiste que moi (...) De la même façon que nous sommes les champions de la cause de la république, nous sommes aussi les champions du dialogue», a déclaré Junqueras mardi devant le parlement catalan.

4,1 millions d'euros

La Cour des comptes espagnole a réclamé mardi à l'ex-président indépendantiste catalan Carles Puigdemont et près de 30 autres dirigeants séparatistes 4,1 millions d'euros (environ 4,4 millions de francs). Il s'agit de la somme dépensée, selon elle, pour organiser le référendum d'autodétermination interdit de 2017.

Cette instance, saisie par deux associations indépendantistes, a indiqué dans un communiqué leur avoir donné 15 jours pour verser cette somme sous forme de caution, le temps qu'elle rende sa décision. Faute de quoi elle engagera «une procédure de saisie» de leurs biens.

Carles Puigdemont, qui a fui en Belgique après l'échec de la tentative de sécession de 2017 pour échapper aux poursuites de la justice espagnole, a appelé les sympathisants de la cause indépendantiste à la solidarité pour réunir cette somme.

«Nous avons 15 jours pour éviter qu'ils ne saisissent nos biens. Si tu as voté le 1er octobre (date du référendum en 2017), nous avons besoin de toi», a-t-il écrit sur son compte Twitter, au-dessus d'un numéro de compte destiné à recevoir les dons.

Le référendum d'autodétermination du 1er octobre 2017, émaillé de violences policières, avait été organisé par le gouvernement régional indépendantiste malgré son interdiction par la justice espagnole. Moins d'un mois après cette consultation, le parlement catalan avait adopté une déclaration d'indépendance. Madrid avait réagi en suspendant l'autonomie de la Catalogne et en destituant le gouvernement de Carles Puigdemont. (afp/nxp)

Créé: 28.01.2020, 11h13

Galerie photo

En images, l'histoire des rêves d'indépendance de la Catalogne

En images, l'histoire des rêves d'indépendance de la Catalogne Le 27 octobre 2017, la Catalogne a déclaré que la région devenait un «Etat indépendant prenant la forme d'une République». Mais le différend entre Madrid et Barcelone ne date pas d'aujourd'hui.

Articles en relation

Catalogne: Quim Torra perd son mandat

Espagne Le président indépendantiste catalan a été lâché par l'autre grand parti séparatiste ERC. Plus...

L'ex-chef de la police catalane face à la justice

Espagne Josep Lluis Trapero est accusé d'avoir facilité le référendum d'auto-détermination de la Catalogne en 2017. Plus...

Pedro Sanchez défend sa candidature au Parlement

Espagne Le premier ministre sortant Pedro Sanchez s'est exprimé samedi au Parlement espagnol pour soutenir sa candidature à la présidence d'un gouvernement de coalition. Plus...

Le président de Catalogne est révoqué

Espagne L'indépendantiste Quim Torra a refusé d'obéir à la commission électorale. Il a été déchu de ses fonctions pour une période de 18 mois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.