La Serbie et le Kosovo prêts à dialoguer

DiplomatieLe sommet des Balkans à Berlin a débouché sur un succès, puisque les deux pays ont accepté de reprendre le dialogue.

La table des négociations à Berlin, avec Emmanuel Macron et Angela Merkel au centre.

La table des négociations à Berlin, avec Emmanuel Macron et Angela Merkel au centre. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vingt ans après leur conflit armé, la Serbie et le Kosovo ont accepté lundi, lors d'un sommet à Berlin, de reprendre leurs pourparlers, avec une nouvelle rencontre prévue début juillet à Paris. Belgrade ne reconnaît toujours pas l'indépendance de Pristina.

Alors que des négociations organisées sous l'égide de l'Union européenne (UE) sont au point mort, Berlin et Paris ont décidé fin février d'organiser ce sommet pour désamorcer l'escalade entre la Serbie et son ancienne province.

Lundi soir, les dirigeants serbe et kosovar ont accepté une nouvelle rencontre à Paris le 1er ou le 2 juillet, toujours sous l'égide franco-allemande, ont indiqué plusieurs pays participants. Ce déblocage intervient après un regain de tension, depuis que Pristina a instauré en novembre des droits de douane de 100% sur les importations de produits serbes pour pousser Belgrade à reconnaître son indépendance.

Avertissement de Macron et Merkel

Avant le début du sommet, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron avaient accentué la pression sur les anciens belligérants en les avertissant qu'ils devaient normaliser leurs relations avant toute avancée vers une éventuelle adhésion à l'UE.

«Je tiens à dire très clairement qu'aujourd'hui, il n'est pas question de négociations d'adhésion. Pour cela, il y a une procédure pilotée par la Commission» européenne, a tranché Angela Merkel. «L'actualité n'est pas à la politique d'élargissement de l'UE, mais bien à une politique de stabilité régionale», a renchéri Emmanuel Macron.

La chancelière et le président français ont ainsi pris le contre-pied de la commission, qui parie sur les adhésions serbe et kosovare pour régler leur différend. La Serbie est déjà en phase de négociation pour adhérer à l'UE, mais le processus sera très long. Le Kosovo n'en est même pas encore là. A deux semaines des élections européennes, ni Angela Merkel ni Emmanuel Macron ne préconise d'accélérer l'élargissement. Angela Merkel a aussi appelé le Kosovo à lever ses droits de douane, qui, selon elle, ne font qu'aggraver la situation.

Impliquer Washington

En acceptant lundi la demande franco-allemande de reprendre leurs discussions, les deux pays n'ont pas pour autant modifié leurs positions. Le président serbe Aleksandar Vucic a réaffirmé devant la presse que la levée des taxes douanières constituait un préalable à tout dialogue.

Et le président kosovar Hashim Thaçi a lui souhaité qu'après les élections européennes, l'UE supprime les visas pour les Kosovars et qu'un accord avec la Serbie ouvre au Kosovo la voie vers «l'ONU, l'UE et l'OTAN».

Autre demande, le dirigeant du Kosovo veut désormais impliquer les Etats-Unis sans qui, avertit-il, «un accord [avec la Serbie, ndlr] est impossible à conclure». Cette demande risque toutefois de déclencher l'hostilité de la Serbie, soutenue par Moscou, mais aussi des dirigeants de l'UE, qui veulent régler l'affaire eux-mêmes. Il y a deux décennies, la guerre du Kosovo avait fait perdre à Belgrade le contrôle du territoire kosovar. Mais la Serbie considère toujours le Kosovo comme une de ses provinces.

Bonne entente franco-allemande

L'été dernier, le dialogue semblait pouvoir repartir en s'appuyant sur l'idée «d'échanges de territoires» ou de «corrections frontalières», avant une reconnaissance mutuelle. Le chef d'Etat serbe espérait manifestement accélérer ainsi la marche de son pays vers une adhésion à l'UE.

Mais Berlin y voit un risque de réveiller les vieux démons balkaniques, dans une zone déchirée par les guerres durant les années 1990. A peine entamé, le dialogue serbo-kosovar avait tourné court après l'obstruction serbe à la candidature du Kosovo à Interpol. Le Kosovo a répliqué par ses taxes commerciales prohibitives.

Les retrouvailles entre Angela Merkel et Emmanuel Macron, qui ont affiché ostensiblement leur bonne entente, sont les premières depuis les critiques inhabituelles exprimées par le président français la semaine dernière à l'encontre de Berlin. Qu'il s'agisse du Brexit, des relations commerciales avec les Etats-Unis ou des dossiers économiques, Paris ne cache plus sa frustration à l'égard du gouvernement Merkel, dans un contexte envenimé par la proximité des élections européennes. (ats/nxp)

Créé: 30.04.2019, 02h27

Articles en relation

Macron et Merkel au chevet des Balkans

Sommet Plus de vingt ans après la guerre entre la Serbie et le Kosovo, Emmanuel Macron et Angela Merkel veulent relancer le dialogue entre les deux pays. Plus...

Juncker craint une guerre dans les Balkans

Europe L'échec du processus d'adhésion des pays des Balkans à l'UE menacerait la stabilité de l'Europe, selon Jean-Claude Juncker. Plus...

Serbie-Kosovo: un échange de territoires capote

Diplomatie Une réunion arrangée par l'UE entre les deux présidents des pays des Balkans a tourné court, vendredi à Bruxelles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.