Passer au contenu principal

Snowden s'évapore sur le tarmac de l'aéroport de Moscou

Recherché par la justice américaine, l'ex-consultant de la NSA Edward Snowden est arrivé dimanche à Moscou en provenance de Hong Kong. Il aurait été emmené à bord d'une voiture diplomatique portant un drapeau équatorien.

L'ancien employé de l'agence de renseignement américaine (NSA) Edward Snowden n'est pas sorti avec les autres passagers dimanche à son arrivée à l'aéroport de Moscou en provenance de Hong Kong. Certains témoins ont affirmé qu'il avait été emmené à bord d'une voiture diplomatique portant un drapeau équatorien. Les autorités chinoises, elles, s'estiment victimes des cyber-attaques américaines.

L'Américain, recherché par la justice de son pays après avoir publié des informations explosives sur la surveillance électronique menée par les Etats-Unis, n'était pas parmi les passagers du vol SU213 d'Aeroflot qui ont franchi le contrôle des passeports au terminal F de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo, selon une journaliste de l'AFP.

Mais des passagers ont affirmé avoir vu une voiture garée sur le tarmac à côté de l'avion, ce qui pourrait indiquer qu'il a quitté l'aéroport de cette manière.

«Ils prenaient des bagages directement dans l'avion, cela semblait étrange», a déclaré un passager américain du vol. Des journalistes de l'AFP ont également vu une voiture diplomatique portant un drapeau équatorien devant le terminal, accompagnée d'un 4X4.

Plus tôt dans la journée, des sources concordantes citées par les agences russes avaient indiqué que le nom d'Edward Snowden figurait sur un vol de la compagnie russe Aeroflot décollant lundi à 12h05 (heure suisse) à destination de La Havane, puis sur un vol local pour Caracas au Venezuela.

La chaîne de télévision publique russe Rossia 24 a pour sa part estimé qu'Edward Snowden pouvait avoir été emmené pour passer la nuit dans une ambassade d'un pays sud-américain à Moscou.

Pékin s'insurge

De son côté, la Chine s'est déclarée dimanche «profondément préoccupée» par les cyber-attaques menées contre elle par des agences de renseignement américaines et a protesté auprès des Etats-Unis, a annoncé l'agence de presse chinoise Chine Nouvelle.

Les dernières informations de presse sur le cyber-espionnage de la Chine par des agences américaines «ont une nouvelle fois prouvé que la Chine est la victime de cyber-attaques, et nous avons déjà émis des protestations auprès de la partie américaine», a déclaré Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, citée par l'agence.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.