Snowden soutient un traité de protection des citoyens

SurveillanceUn collectif, soutenu par Edward Snowden et David Miranda, propose un traité qui protègerait la vie privée des citoyens.

«On peut désormais parler de choses qui, si on les avait évoquées dans une conversation il y a cinq ans nous auraient fait passer pour un conspirationniste» estime Snowden.

«On peut désormais parler de choses qui, si on les avait évoquées dans une conversation il y a cinq ans nous auraient fait passer pour un conspirationniste» estime Snowden. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un collectif soutenu par l'informaticien américain Edward Snowden travaille actuellement, avec plusieurs gouvernements notamment, à un traité international qui protégerait la vie privée des citoyens ainsi que les lanceurs d'alerte, a annoncé jeudi l'activiste brésilien David Miranda, à la tête du projet.

David Miranda a souligné que dans de nombreux pays, des lois élargissant les prérogatives du renseignement avaient été adoptées ces dernières années, notamment en France, au détriment des libertés individuelles.

«Ce qui importe, ce n'est pas ce que veulent les pays, c'est ce que veulent les citoyens de ces pays», a lancé l'activiste qui avait recueilli plus d'un million de signatures pour accueillir Edward Snowden au Brésil.

Vers une collaboration avec les Nations unies?

David Miranda a indiqué avoir transmis un document de travail à des représentants de plusieurs gouvernements, afin d'échanger avec eux sur son contenu.

Une fois le texte finalisé, le collectif espère qu'il pourra être porté par les Nations unies, afin de faciliter l'adhésion d'un grand nombre de pays.

Des dirigeants devraient communiquer sur cette collaboration «cette semaine ou la semaine prochaine», a assuré l'activiste brésilien.

Outre David Miranda, le projet est porté par son compagnon, le journaliste d'investigation américain Glenn Greenwald, ainsi que par la réalisatrice de documentaires américaine Laura Poitras.

Toujours exilé en Russie

«Nous avons changé de culture. On peut désormais parler de choses qui, si on les avait évoquées dans une conversation il y a cinq ans nous auraient fait passer pour un conspirationniste», a affirmé, par visioconférence, Edward Snowden, l'informaticien américain à l'origine de révélations sur les programmes secrets de surveillance de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA).

Inculpé dans son pays, Edward Snowden est actuellement exilé en Russie, d'où il s'exprimait.

«Ce changement culturel étant effectif, nous devons maintenant déterminer quelles propositions concrètes nous allons faire» pour changer les choses, a poursuivi le trentenaire, dans un discours très structuré.

«Ces programmes ne sauvent pas de vies»

Il a salué la loi, adoptée début juin par le Congrès américain, qui a privé la NSA d'une partie de ses prérogatives en matière de collectes de données privées, tout en prévenant qu'il ne s'agissait que de «premiers pas».

«Nous devons avoir un débat et faire des propositions pour définir nos droits» en matière de libertés individuelles, a-t-il dit en soutien au projet de traité.

Il a rappelé que lors d'auditions, des dirigeants de la NSA avait reconnu que «ces programmes ne sauvaient pas de vies.»

«La surveillance de masse n'a jamais contribué à une enquête terroriste aux Etats-Unis», a ajouté M. Snowden. (afp/nxp)

Créé: 25.09.2015, 00h35

Articles en relation

ONU: un monument à Assange, Manning et Snowden

Genève Afin que chacun puisse s'exprimer, une quatrième chaise a été volontairement laissée aux côtés des figures en bronze représentant les trois célèbres «lanceurs d'alerte». Plus...

Edward Snowden critique la Russie

Liberté d'expression L'ancien consultant de la NSA, réfugié en Russie, a critiqué la liberté d'expression de son pays d'accueil «où il n'a jamais eu l'intention d'aller. » Plus...

Pas de pardon présidentiel pour Snowden

Maison Blanche Malgré l'appel de 167'954 pétitionnaires, Edward Snowden ne bénéficiera pas d'un pardon sans conditions de la part du président Obama. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.