Soigner l'humanité à +2 degrés

SantéLe réchauffement de la planète pourrait faire exploser les cas de paludisme et de dengue. Et l’Europe ne sera pas épargnée, la faute aux moustiques.

Le moustique tigre gagne du terrain en Europe.

Le moustique tigre gagne du terrain en Europe. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) font froid dans le dos. On estime que le réchauffement de 2 à 3 degrés de la planète augmentera de 150 millions le nombre de personnes à risque de paludisme. Réunis dès lundi en conférence mondiale à Cannes sous l’égide de la Croix-Rouge française, plus de 400 experts internationaux et acteurs de terrain tirent la sonnette d’alarme. Car loin des zones tropicales, certaines maladies viennent s’immiscer dans notre quotidien.

Selon les acteurs de cette «COP humanitaire», «17% des maladies infectieuses sont dues à des moustiques et provoquent plus de 700'000 décès par an». Si le climat continue de se réchauffer au rythme actuel, un milliard de personnes supplémentaires pourraient être exposées à des virus porteurs de moustiques. Beaucoup le seront en Amérique du Nord et en Europe. «Dans les centres urbains à forte densité de population, de nombreuses personnes y feront face pour la première fois de leur vie.»

Un moustique sous haute surveillance

Si le paludisme ne devrait pas revenir sous nos latitudes, les scientifiques ont dans leur viseur deux moustiques clé, Aedes aegypti et Aedes albopictus, le fameux moustique tigre, dont nous sommes la proie favorite. Ils peuvent nous transmettre une vingtaine de virus dangereux, dont ceux de la dengue, du chikungunya, du Zika et de la fièvre jaune. C’est la forme du moustique adaptée aux climats tempérés qui se répand aujourd’hui en Europe.

La dengue frappe actuellement de plein fouet la Réunion. Mais le sud de la France est régulièrement touché, rappelle Vincent Falgairou, responsable technique international à la Croix-Rouge française. La France a d’ailleurs établi une carte de surveillance du moustique tigre et constaté son effrayante progression. «Il existait des prévisions pour 2020. Mais on ne pensait pas qu’il allait atteindre Paris si vite. Il y est arrivé il y a trois ans et s’est installé vraiment en 2016», rapporte Anna-Bella Failloux, directrice de recherche en virologie à l’Institut Pasteur, sur le site de Réseau Action Climat France. Et Vincent Falgairou d’ajouter: «A long terme, on peut imaginer des cas en Suisse et en Allemagne.»

La température, les précipitations et l’humidité ont un effet marqué sur les taux de reproduction, de survie et d’activité de ces petites bêtes. Certaines zones lui seraient extrêmement propices, comme la France, l’Irlande, le sud de la Grande-Bretagne, le nord-ouest de l’Espagne. Dans la foulée, d’autres études scientifiques récentes mettent en garde contre l’arrivée en Europe du fameux Chikungunya ou encore le virus du Nil occidental. Des maladies qui, dans leurs formes graves, peuvent parfois s’avérer mortelles.

«En Europe, nous sommes moins préparés, rappelle Vincent Falgairou. Certes, notre système de soins est plus élevé, mais il faut anticiper. On gagnerait à mieux informer la population.» Insecticides, espèces de moustiques génétiquement modifiés, les solutions en amont existent. «Il faut bien sûr éviter le catastrophisme, mais rester prudents.»

Accès aux soins

Plus loin de nos contrées, le changement climatique influe les affections d’origine hydrique et alimentaire, tels que le choléra et d’autres maladies diarrhéiques. Un temps chaud et sec est propice à la méningite à méningocoques qui sévit dans une bonne partie de l’Afrique. «Le changement climatique pourrait accroître le fardeau de la diarrhée jusqu’à 10% d’ici 2030 dans les régions sensibles, comme l’Asie du Sud-Est», écrit encore la Croix-Rouge française.

Saluant l’initiative de la Conférence de Cannes, l’ancien président de la COP21 Laurent Fabius résume: «On n’a pas insisté jusqu’à présent suffisamment sur la gravité des liens entre réchauffement climatique et santé. Or ce sont des centaines de millions de gens qui sont concernés, non pas pour après-demain ou demain, mais aujourd’hui par la dégradation du climat.»

Créé: 15.04.2019, 10h59

Articles en relation

[VIDEO] Le pont Chauderon bloqué «pour le climat»

Lausanne Extinction Rebellion, qui prône la désobéissance civile pour forcer les gouvernements à agir, a lancé deux semaines d’actions. Plus...

Pour sauver le climat, ils sacrifient leurs études

Manifestation Nuits blanches, grosses fatigues et échecs scolaires: témoignages de jeunes manifestants au bord de la surchauffe. Plus...

L’ONU sonne le glas pour les glaces de l’Arctique

Climat L’Arctique aura 4 degrés de plus en 2050. Même si l’on stoppait net toute émission de gaz à effet de serre Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.