Des soldats accusés d'avoir tué un enfant au Mali

FranceL'armée française est accusée de bavure après avoir tué un mineur lors d'une opération. L'enfant de 10 ans aurait été enterré en catimini.

L'armée a admis avoir tué un mineur.

L'armée a admis avoir tué un mineur. Image: ARchives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des soldats français de la force Barkhane déployés dans le nord du Mali ont tué fin novembre un combattant «qui s'est avéré être un mineur» au cours d'une opération anti-terroriste visant un réseau de guetteurs, a affirmé vendredi le ministère de la Défense dans un communiqué.

Sur son site internet, le magazine Jeune Afrique avait publié plus tôt dans la journée des informations selon lesquelles des soldats français ont tué un enfant le 30 novembre au cours d'une patrouille dans l'extrême-nord du Mali, avant de l'enterrer en catimini.

«Le 30 novembre 2016, dans le cadre d'une opération menée par la force Barkhane dans la région d'Aguelhok (au nord de Kidal, ndlr), les armées françaises ont repéré un réseau de guetteurs agissant pour le compte d'un groupe armé terroriste». Ce réseau «échangeait des informations relatives à un convoi logistique (...) approchant du secteur afin de permettre à des poseurs d'engins explosifs improvisés de tuer des soldats français», a expliqué le ministère dans son communiqué.

Enquête en cours

Le ministère a rappelé que «le même mode opératoire avait été employé le 4 novembre dernier pour l'action qui a conduit à la mort de l'adjudant Fabien Jacq», tué par un engin explosif au Mali qui avait également légèrement blessé quatre soldats.

«La force Barkhane a alors décidé l'intervention d'une patrouille d'hélicoptères afin de faire cesser cette menace», aboutissant à «la neutralisation d'un de ces guetteurs, qui s'est avéré être un mineur», a conclu le ministère, précisant avoir «immédiatement» ordonné une enquête, «toujours en cours».

Selon Jeune Afrique, qui dit avoir pu consulter le compte-rendu écrit d'une réunion fin décembre de militaires de la force Barkhane, un officier français a reconnu que des soldats avaient tiré sur un individu considéré comme étant un élément d'un groupe terroriste, avant de l'enterrer sommairement.

Jeune enfant

D'après la famille de la victime, il s'agissait d'un enfant âgé de 10 ans qui gardait des ânes.

Le ministère de la Défense a refusé de commenter les informations relatives à l'âge du mineur et à son inhumation.

Ces informations sont révélées au jour de l'ouverture d'un sommet Afrique-France organisé à Bamako. Avant d'y participer, le président français François Hollande a rendu une visite éclair à Gao, principale ville du nord du Mali, à des troupes françaises et maliennes engagées dans la lutte contre les djihadistes . (afp/nxp)

Créé: 14.01.2017, 16h06

Articles en relation

Perturbations lors des élections municipales

Mali La participation est faible sur l'ensemble du pays, toujours sous état d'urgence. Plus...

Chef militaire touareg tué par une mine

Mali Le n°2 du haut conseil pour l'unité de l'Azawad, tué à Kidal, était considéré comme «un faucon» de la rébellion touareg. Plus...

Les combats autour de Kidal inquiètent

Mali La médiation internationale menace de sanctions contre les responsables des violences dans le nord-est du Mali. Plus...

Un Casque bleu tué par une mine au Mali

Afrique Un véhicule transportant des membres de la Minusma a sauté sur une mine dans la région de Kidal. Un Casque bleu est mort et quatre autres sont blessés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.