Passer au contenu principal

Des soldats russes sans insigne se massent à la frontière de l’Ukraine

Tandis que l’armée russe se déploie près de la zone de conflit, des opposants au Kremlin dénoncent l’emploi de mercenaires

Des soldats russes en Ukraine, près de Simferopol en Crimée, en mars 2014.
Des soldats russes en Ukraine, près de Simferopol en Crimée, en mars 2014.
Keystone

L’OTAN s’inquiète. Des journalistes occidentaux racontent. Des opposants russes enquêtent. Mais les autorités à Moscou, tout en plaisantant, continuent de démentir leur implication militaire directe.

Les chars russes «n’ont pas besoin de visa». La récente plaisanterie du vice-premier ministre russe, Dmitri Rogozine, chargé par le Kremlin de la Défense, a fait rire jaune plus d’un diplomate européen. Car ces derniers jours, divers indices semblent indiquer que Moscou passe à nouveau des mots aux actes en Ukraine. L’OTAN a notamment dénoncé des «attaques continues» contre son «intégrité».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.