Le sort d’Assad au cœur des négociations de paix

Genève 3Les pourparlers indirects entre Damas et l’opposition ont repris ce lundi à Genève. Mais le fossé entre les parties reste abyssal.

Staffan de Mistura, envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie.

Staffan de Mistura, envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous sommes à un moment de vérité.» C’est avec ces mots que Staffan de Mistura, envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, a donné le coup d’envoi d’un nouveau cycle de pourparlers de paix à Genève visant à mettre un terme au conflit syrien. Ces négociations indirectes entre les représentants du régime de Damas et de l’opposition qui doivent s’achever le 24 mars ont pour objectif de mettre en place une transition politique d’ici à 6 mois, une nouvelle Constitution et des élections dans les 12 mois. «La transition politique est la mère de toutes les questions», a déclaré le diplomate suédois en référence au point de désaccord majeur entre les parties. A savoir le sort réservé au président Bachar el-Assad.

Staffan de Mistura a ensuite entamé cette deuxième série de pourparlers par une rencontre avec le négociateur en chef du régime de Damas, Bachar al-Jaafari. Au terme de cette réunion, le médiateur de l’ONU a évoqué «beaucoup de clarifications» sur les questions de procédure. Ce premier entretien a porté sur ces éléments «pour être sûrs» que les règles sont comprises de la même manière par l’ONU et par la délégation du gouvernement, a indiqué Staffan de Mistura. Un «dialogue constructif», selon Bachar al-Jaafari qui appelle à des pourparlers indirects «sans précondition» avec l’opposition.

Une rencontre semblable doit avoir lieu ce mardi entre l’émissaire de l’ONU et l’opposition syrienne, représentée par le Haut comité des négociations (HCN) une coalition d’opposants politiques et de groupes armés syriens, qui exige le départ du président Bachar el-Assad avec la mise en place d’un «organe de transition» doté de tous les pouvoirs.

Pour Damas, dont les positions militaires sur le terrain ont été considérablement renforcées grâce à l’intervention militaire de son allié russe, il est hors de question de parler du sort du président syrien. Le régime considère la transition comme un simple remaniement ministériel avec un «gouvernement d’unité» élargi à des opposants mais toujours placé sous l’autorité d’Assad. Washington et Paris ont de leur côté mis en garde dimanche le régime syrien contre toute tentative de «faire dérailler le processus» de Genève en voulant exclure des discussions le sort du chef de l’Etat.

Mercredi, les discussions avec le gouvernement devraient entrer dans le vif du sujet avec les questions politiques. Le gouvernement a déjà donné à l’émissaire de l’ONU un document sur des «éléments de base pour une solution politique», a précisé Bachar al-Jaafari, sans davantage de précisions.

Staffan de Mistura a en outre prévenu que s’il n’observait pas de volonté de négocier, il renverrait le dossier devant le Conseil de sécurité de l’ONU. Il estime par ailleurs que trois rounds de négociation permettront d’aboutir sinon à un accord de paix, du moins à une feuille de route.

Alors que la guerre civile syrienne entre dans sa sixième année, il a ajouté que le seul «Plan B» qu’il connaissait était «une reprise de la guerre, encore pire que ce que les Syriens endurent depuis mars 2011».

Créé: 14.03.2016, 18h16

Dossiers

Articles en relation

Nouvelles discussions à Genève, mais sans plan B

Conflit syrien La reprise des négociations sur la Syrie à Genève est «un moment de vérité», a estimé l'émissaire de l'ONU. Plus...

Les pourparlers de paix s'annoncent difficiles

Syrie Les positions du gouvernement syrien et de l'opposition laissent peu de place à un possible règlement à Genève. Plus...

«Vraies» négociations exigées à Genève

Pourparlers Européens et Américains ont réclamé dimanche de «vraies» négociations sur une transition politique en Syrie, à la veille de l'ouverture des discussions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...