Passer au contenu principal

La Suisse ouvre un bureau humanitaire à Damas

Une antenne helvétique va être installée dans la capitale syrienne pour mener à bien des projets humanitaires ou aider d'autres ONG.

Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)
Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)
AFP
Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)
Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)
Keystone
AFP
1 / 150

La Suisse va ouvrir un bureau humanitaire en Syrie, dans la capitale Damas, a confirmé vendredi le chef de la diplomatie suisse Didier Burkhalter sur les ondes de la RTS, revenant sur une information de ce média. La décision de principe a été prise mais les modalités d'ouverture doivent encore être réglées, selon lui.

«Il s'agit de répondre à des besoins humanitaires et uniquement humanitaires», a insisté le conseiller fédéral, pour qui le régime de Damas n'est en rien légitimé par Berne au niveau politique avec cette décision. L'antenne helvétique permettra ainsi de mener à bien des projets humanitaires financés par la Suisse.

«Il s'agit de placer l'impartialité de la Suisse à Damas pour les besoins humanitaires de la Suisse ou de donner aussi un coup de pouce aux grandes organisations humanitaires qui discutent avec le régime syrien pour les questions d'accès (...) qui restent les plus problématiques», explique le conseiller fédéral.

Dialogue trilatéral

La Suisse a tenté depuis des années d'obtenir des garanties «d'indépendance, de neutralité et d'impartialité, d'humanité» pour permettre ce travail humanitaire sur le terrain et depuis Damas même. Si la Syrie ne respecte pas ces garanties, il ne sera pas possible d'effectuer ce travail humanitaire, selon Didier Burkhalter.

Selon lui, les pourparlers n'ont pas été si difficiles, même si les discussions ont duré six mois environ, selon la RTS. Le dialogue a été trilatéral, avec la Syrie et l'Iran, précise M. Burkhalter.

Selon la RTS, le bureau humanitaire de la Direction du développement et de la coopération (DDC) pourrait ouvrir dès cet automne. Le nombre de personnes employées n'est pour l'heure pas connu.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.