A la surprise générale, Poutine ordonne le retrait du gros de ses troupes de Syrie

Coup de théâtreNouveau coup de poker du maître du Kremlin, alors que s’ouvraient ce lundi à Genève les pourparlers de paix intersyriens

«Néanmoins, pour permettre la surveillance de la trêve dans les combats, la partie russe conserve sur le territoire syrien un site de maintenance de vols», selon le communiqué du Kremlin On ne sait pas si des avions de combat resteront basés en Syrie.

«Néanmoins, pour permettre la surveillance de la trêve dans les combats, la partie russe conserve sur le territoire syrien un site de maintenance de vols», selon le communiqué du Kremlin On ne sait pas si des avions de combat resteront basés en Syrie. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Est-ce une chance pour la paix? Ou le signe que Bachar el-Assad est maintenant imbattable? Ou au contraire, que Moscou ne soutiendra pas jusqu’au bout le régime à Damas? Ou enfin, un simple retrait tactique? Difficile d’interpréter dans l’immédiat l’annonce du président Vladimir Poutine, qui a ordonné ce lundi soir à la surprise générale le retrait de la majeure partie de son contingent militaire après deux semaines de cessez-le-feu en Syrie et au moment où s’ouvraient à Genève les négociations intersyriennes sur l’avenir du pays.

Le chef de l’Etat russe, qui a toujours la main sur l’échiquier syrien depuis l’irruption des bombardiers et des avions d’attaque au sol russes dans le ciel syrien le 30 septembre, a annoncé son nouveau coup de poker après avoir appelé son protégé au Proche-Orient, le président Bachar el-Assad.

Mission accomplie

«La tâche qui avait été demandée à notre Ministère de la défense et aux forces armées a été globalement accomplie et j’ordonne donc au Ministère de la défense d’entamer à partir de demain (ndlr: ce mardi) le retrait de la majeure partie de nos contingents militaires de la République arabe syrienne», a dit à la télévision Vladimir Poutine au ministre de la Défense, Sergueï Choïgou.

«Néanmoins, pour permettre la surveillance de la trêve dans les combats, la partie russe conserve sur le territoire syrien un site de maintenance de vols», selon le communiqué du Kremlin. La présidence russe ne précise pas quels types d’aéronefs assurent cette surveillance, mais, depuis l’entrée en vigueur de la trêve le 27 février, les militaires russes ont eu recours à des drones déployés sur la base aérienne de Hmeïmim, dans la province de Lattaquié, dans le nord-ouest de la Syrie. Elle ne dit pas non plus si des avions de combat resteront basés en Syrie.

Depuis septembre, Moscou y a déployé plus de cinquante avions de combat qui ont visé des milliers de «cibles terroristes» en cinq mois de raids intenses. La marine russe a également fait étalage de toute sa puissance, tirant à partir de navires de guerre déployés dans la mer Caspienne ou de sous-marins dans la Méditerranée.

Eviter de s’embourber

La force de frappe russe a permis à l’armée syrienne d’engranger des victoires alors qu’elle se trouvait en mauvaise posture l’été dernier. Les Occidentaux ont toutefois accusé la Russie de privilégier, notamment pendant les premiers mois, les frappes sur les rebelles plutôt que sur l’organisation djihadiste Etat islamique.

Le retrait annoncé abruptement par Moscou pourrait permettre à Vladimir Poutine d’éviter à terme un embourbement des forces russes, qui serait coûteux en vies, en finances et en retombées politiques. Au lieu de cela, il engrange les bénéfices d’une mission accomplie.

Créé: 14.03.2016, 22h49

Articles en relation

Poutine ordonne le retrait de ses forces en Syrie

Guerre en Syrie Selon le président russe, les objectifs poursuivis lors de l'intervention en Syrie ont été atteints. Plus...

Nouvelles discussions à Genève, mais sans plan B

Conflit syrien La reprise des négociations sur la Syrie à Genève est «un moment de vérité», a estimé l'émissaire de l'ONU. Plus...

Les pourparlers de paix s'annoncent difficiles

Syrie Les positions du gouvernement syrien et de l'opposition laissent peu de place à un possible règlement à Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.