Un suspect assigne l'Etat belge en justice

Attentats du 13 novembreAli El Haddad Asufi, soupçonné d'avoir été en contact avec les responsables des attentats de Paris, accuse l'Etat belge de bloquer son placement sous bracelet électronique.

Ali El Haddad Asufi, 34 ans, est incarcéré en Belgique depuis son inculpation en juin 2016.

Ali El Haddad Asufi, 34 ans, est incarcéré en Belgique depuis son inculpation en juin 2016. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un suspect des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, Ali El Haddad Asufi, actuellement détenu en Belgique et qui est réclamé par la France, a décidé d'assigner en justice l'Etat belge qu'il accuse de bloquer son placement sous bracelet électronique.

L'information révélée par le quotidien belge La Capitale a été confirmée à l'AFP par son avocat et le cabinet du ministre de la Justice Koen Geens, visé par l'assignation. «Une procédure est introduite contre le ministre comme représentant de l'Etat Belge», a-t-on indiqué au cabinet de M. Geens.

Ali El Haddad Asufi, 34 ans, est incarcéré en Belgique depuis son inculpation, en juin 2016, dans l'enquête sur les attentats djihadistes qui ont fait 32 morts à Bruxelles le 22 mars 2016.

Manda d'arrêt français

Depuis le 18 mai 2018 il est aussi visé par un mandat d'arrêt émis par le juge antiterroriste parisien qui dirige l'enquête sur les attaques du 13 novembre 2015 (130 morts).

Et il estime que ce mandat d'arrêt, révélé par les médias en septembre, a eu pour conséquence de «bloquer» son placement sous bracelet électronique pourtant décidé en août par la justice belge. «La volonté des juridictions bruxelloises n'est pas respectée, ce qui est inacceptable dans un état de droit», a souligné son avocat, Me Jonathan De Taye.

L'avocat a décidé d'assigner en référé le ministre Geens, «la personne de référence dans toutes les procédures en matière de détention». Une audience doit se tenir devant le tribunal civil de Bruxelles le 17 octobre.

Suspecté d'aide aux terroristes

Selon le mandat d'arrêt émis à Paris, dont l'AFP a eu connaissance, Ali El Haddad Asufi est soupçonné d'avoir été «de façon récurrente» en contact avec les membres de la cellule franco-belge responsable des attentats de Paris et Bruxelles.

Les investigations montrent notamment qu'il a fréquenté des planques utilisées par les djihadistes pour préparer ces attaques revendiquées par le groupe Etat islamique. Le suspect a en particulier été en contact à plusieurs reprises avec Ibrahim El Bakraoui, qui s'est fait exploser à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem le 22 mars 2016.

Les deux hommes se seraient rendus ensemble en juillet 2015 en Grèce --pays par lequel ont transité plusieurs membres de la cellule de retour de Syrie dont Abdelhamid Abaaoud--, puis aux Pays-Bas le 7 novembre 2015. (afp/nxp)

Créé: 01.10.2018, 16h52

Articles en relation

Attentats du 13 novembre: fausse victime jugée

France Alexandra D. est soupçonnée de s'être fait passer pour une victime des attentats terroristes de 2015 à Paris et d'avoir reçu des indemnités indûment. Plus...

Proches d'un kamikaze du Bataclan jugés à Paris

Syrie Trois hommes proches d'un des terroristes du 13 novembre 2015 doivent comparaître devant la justice. Plus...

Un an après les attentats, le Bataclan reprend vie

France La salle de spectacle parisienne du Bataclan visée par les djihadistes le 13 novembre 2015 renaît samedi avec un concert de Sting en hommage aux victimes. Plus...

Galerie photo

Des attentats à Paris à la traque des djihadistes (13 novembre 2015 à janvier 2018)

Des attentats à Paris à la traque des djihadistes (13 novembre 2015 à janvier 2018) Les attentats du 13 novembre à Paris ont fait 130 morts et 351 blessés. L'organisateur présumé, Salah Abdeslam, est le seul terroriste survivant. Il dort en prison.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...