Passer au contenu principal

Un suspect assigne l'Etat belge en justice

Ali El Haddad Asufi, soupçonné d'avoir été en contact avec les responsables des attentats de Paris, accuse l'Etat belge de bloquer son placement sous bracelet électronique.

Ali El Haddad Asufi, 34 ans, est incarcéré en Belgique depuis son inculpation en juin 2016.
Ali El Haddad Asufi, 34 ans, est incarcéré en Belgique depuis son inculpation en juin 2016.
Keystone

Un suspect des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, Ali El Haddad Asufi, actuellement détenu en Belgique et qui est réclamé par la France, a décidé d'assigner en justice l'Etat belge qu'il accuse de bloquer son placement sous bracelet électronique.

L'information révélée par le quotidien belge La Capitale a été confirmée à l'AFP par son avocat et le cabinet du ministre de la Justice Koen Geens, visé par l'assignation. «Une procédure est introduite contre le ministre comme représentant de l'Etat Belge», a-t-on indiqué au cabinet de M. Geens.

Ali El Haddad Asufi, 34 ans, est incarcéré en Belgique depuis son inculpation, en juin 2016, dans l'enquête sur les attentats djihadistes qui ont fait 32 morts à Bruxelles le 22 mars 2016.

Manda d'arrêt français

Depuis le 18 mai 2018 il est aussi visé par un mandat d'arrêt émis par le juge antiterroriste parisien qui dirige l'enquête sur les attaques du 13 novembre 2015 (130 morts).

Et il estime que ce mandat d'arrêt, révélé par les médias en septembre, a eu pour conséquence de «bloquer» son placement sous bracelet électronique pourtant décidé en août par la justice belge. «La volonté des juridictions bruxelloises n'est pas respectée, ce qui est inacceptable dans un état de droit», a souligné son avocat, Me Jonathan De Taye.

L'avocat a décidé d'assigner en référé le ministre Geens, «la personne de référence dans toutes les procédures en matière de détention». Une audience doit se tenir devant le tribunal civil de Bruxelles le 17 octobre.

Suspecté d'aide aux terroristes

Selon le mandat d'arrêt émis à Paris, dont l'AFP a eu connaissance, Ali El Haddad Asufi est soupçonné d'avoir été «de façon récurrente» en contact avec les membres de la cellule franco-belge responsable des attentats de Paris et Bruxelles.

Les investigations montrent notamment qu'il a fréquenté des planques utilisées par les djihadistes pour préparer ces attaques revendiquées par le groupe Etat islamique. Le suspect a en particulier été en contact à plusieurs reprises avec Ibrahim El Bakraoui, qui s'est fait exploser à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem le 22 mars 2016.

Les deux hommes se seraient rendus ensemble en juillet 2015 en Grèce --pays par lequel ont transité plusieurs membres de la cellule de retour de Syrie dont Abdelhamid Abaaoud--, puis aux Pays-Bas le 7 novembre 2015.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.