Suspicions autour du fils de Jair Bolsonaro

BrésilDes dépôts de sommes d'argent «suspects» auraient été effectués en 2017 sur le compte bancaire du fils du président brésilien.

Flavio Bolsonaro est le fils aîné de Jair Bolsonaro, le président brésilien.

Flavio Bolsonaro est le fils aîné de Jair Bolsonaro, le président brésilien. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'agence gouvernementale chargée de surveiller les transactions financières (COAF) a découvert des dépôts de sommes d'argent «suspects» sur un compte bancaire de Flavio Bolsonaro, l'un des fils du président Jair Bolsonaro, a affirmé vendredi la chaîne «Globo».

Flavio Bolsonaro, fils aîné du chef de l'Etat, aurait reçu sur son compte bancaire, en juin et juillet 2017, 48 dépôts d'une valeur totale de 96'000 réais (environ 30'000 dollars au taux de change actuel), selon «Globo» dévoilant un rapport de la COAF. Selon ce rapport, l'institution n'a pas été en mesure d'établir l'origine de ces dépôts.

Il s'agit de 48 dépôts d'un montant de 2000 réais chacun auprès d'une agence bancaire de l'Etat de Rio, et les dépôts jugés suspects ont été effectués sur une période de cinq jours, toujours selon «Globo». Après avoir été député de l'Etat de Rio, Flavio Bolsonaro a été élu sénateur fédéral lors des élections générales d'octobre et doit débuter son mandat en février.

Les informations de «Globo» sont publiées au lendemain d'une décision de la Cour suprême du Brésil de suspendre l'enquête sur des mouvements financiers suspects de Fabricio José de Queiroz, chauffeur de Flavio Bolsonaro, portant sur un montant de 1,2 million de réais en 2016 et 2017. Ces mouvements financiers étaient apparemment incompatibles avec les revenus de M. Queiroz.

Aucune précision officielle n'ayant été fournie sur les motivations de la suspension décidée mercredi par le juge Luiz Fux, la presse a évoqué la possibilité qu'elle corresponde à une demande de Flavio Bolsonaro. Celui-ci a nié toute irrégularité lors d'une interview vendredi à la chaîne de télévision Record TV.

Convoqué plusieurs fois par la justice à Rio de Janeiro, M. Queiroz ne s'est pas présenté, invoquant des problèmes de santé. Il a assuré que les mouvements sur son compte provenaient de ses affaires. «Je suis un homme d'affaires. Je fais de l'argent, j'achète des voitures, je les revends», a-t-il déclaré à la télévision SBT.

L'un des mouvements suspects est un versement de 24'000 réais (environ 5'500 euros) sur le compte de Michelle Bolsonaro, aujourd'hui Première dame. Jair Bolsonaro, alors président élu, a expliqué qu'il s'agissait du remboursement d'un prêt non déclaré.

Cette affaire tombe mal pour M. Bolsonaro, dont la lutte anticorruption a été l'un des grands thèmes de campagne et qui est l'un des rares hommes politiques brésiliens à ne pas avoir été éclaboussé à ce jour par un scandale. «Si une erreur a été commise, que ce soit par moi, mon fils ou (son assistant) Queiroz, nous paierons pour cette erreur, parce que nous ne pouvons pas montrer la moindre connivence avec quelque erreur que ce soit», avait-il déclaré. (afp/nxp)

Créé: 19.01.2019, 06h17

Articles en relation

Bolsonaro envoie l'armée dans le Nord-est

Brésil Pour faire face à une flambée de violence dans le Nord-est, le gouvernement brésilien a décidé d'envoyer l'armée. Plus...

Bolsonaro annonce une épuration administrative

Brésil Le nouveau gouvernement brésilien veut se séparer des fonctionnaires de l’administration publique sur une base idéologique. Plus...

Bolsonaro assouplit les conditions du port d'armes

Brésil Le président brésilien a tenu mardi une promesse de campagne en signant un décret facilitant la détention d'armes à feu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.