La Syrie au bord de la guerre civile

TerrorismeLes attentats de Damas jeudi plongent la Syrie un peu plus de le chaos. Ils pourraient également mettre fin à l'intervention de la mission de l'ONU. Explications d'analystes.

Les attentats ont faIt au moins 55 morts jeudi dans la capitale syrienne.

Les attentats ont faIt au moins 55 morts jeudi dans la capitale syrienne. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’escalade de la violence en Syrie, où un double attentat a fait 55 morts et des centaines de blessés jeudi à Damas, rapproche encore un peu plus le pays de la guerre civile et pourrait conduire à la fin de la mission d’observation de l’ONU, estiment des analystes.

"Le cyclone de la guerre civile est en train d’emporter la Syrie, sous les yeux d’une communauté internationale qui n’assume pas ses responsabilités", affirme Khattar Abou Diab, politologue et professeur à l’université Paris-Sud.

Le plan de sortie de crise de l’émissaire Kofi Annan, déjà mal en point, a subi jeudi un nouveau coup avec le double attentat de Damas, le plus meurtrier depuis le début du soulèvement contre le régime de Bachar al-Assad en mars 2011.

"Le cessez-le-feu (techniquement entré en vigueur le 12 avril, ndlr) n’a pas été respecté, la population n’a pas été autorisée à manifester librement et pacifiquement, et les prisonniers politiques n’ont pas été libérés", souligne M. Abou Diab, en faisant référence à trois des six points du plan Annan.

Sans alternative au plan Annan en vue, la Syrie se trouve "face à une impasse", souligne ce spécialiste.

Depuis le 12 avril, les violences, dont s’accusent mutuellement régime et opposition, ont fait plus de 900 morts à travers le pays, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

D’après Peter Harling, de l’International Crisis Group, la Syrie assiste à "une diversification des formes de violences" avec attentats, assassinats ciblés et combats armés parfois même au cœur de la capitale.

"S’il l’on se souvient de l’Algérie dans les années 90, on se demandait souvent qui se tenait derrière les violences, mais rarement on obtenait la bonne réponse", estime de son côté M. Abou Diab.

Exemple algérien

En Algérie, l’annulation des premières législatives pluralistes de décembre 1991 que le Front islamique du Salut (FIS) était en passe de remporter a plongé l’Algérie dans des violences qui ont fait près de 200'000 morts.

Pour certains experts, le régime syrien exploite cette incertitude sur les véritables commanditaires des attaques pour tenter de convaincre une fois de plus qu’Al-Qaïda, les services secrets étrangers ou les pays du Golfe sont derrière les violences.

Or, "la révolution syrienne n’a évidemment rien à voir avec Al-Qaïda ou avec les pays du Golfe", souligne Paul Salem, directeur du Centre Carnegie pour le Moyen-Orient. "Elle est juste liée à la population syrienne qui ne supporte plus la situation comme de nombreux autres citoyens du monde arabe et qui revendique leurs droits", décrypte-t-il.

"Depuis le tout premier jour, le régime répond aux protestataires par la guerre", selon M. Salem. "Il a créé une guerre et il finira probablement par en subir les conséquences".

Selon lui, la situation est également complexe parce qu’elle mêle deux dynamiques: une révolte contre un régime autocrate d’une part et d’autre part des tensions religieuses entre sunnites et alaouites. "Les deux choses sont concomitantes", dit-il. Pays multi-confessionnel, la Syrie abrite une majorité de musulmans sunnites et une importante minorité alaouite, une branche du chiisme dont le clan Assad est en grande partie issu.

Dans ce contexte, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a dit craindre mercredi "une guerre civile de grande envergure aux effets catastrophiques pour la Syrie et la région" si les violences ne s’arrêtent pas.

Il a également souligné que l’explosion s’étant produite mercredi au passage d’un convoi d’observateurs de l’ONU à Deraa (sud) pourrait remettre en cause la mission des Nations unies dans le pays.

D’après M. Harling, un des problèmes est que "l’Occident soutient une mission à laquelle elle ne croit pas". "La mission Annan est née de l’ambivalence de la communauté internationale", souligne-t-il. (afp/nxp)

Créé: 11.05.2012, 10h28

Dossiers

L'opposition accuse le régime

Le chef de l’opposition syrienne a accusé vendredi le régime syrien de tenter de «tuer le plan» de paix proposé par Kofi Annan, en recourant au terrorisme. Jeudi, deux attentats ont fait 55 morts et 372 blessés à Damas.

«Le régime tente maintenant de tuer le plan Annan, avec une nouvelle technique qui est le terrorisme», a déclaré le chef du Conseil national syrien (CNS), Burhan Ghalioun, lors d’une conférence de presse à Tokyo.

Il a reproché au régime du président Bachar al-Assad d’»utiliser la tactique des explosions dans les villes, afin d’effrayer la population».

Deux voitures piégées ont dévasté jeudi un quartier de Damas, faisant 55 morts et 372 blessés, l’attentat le plus meurtrier en près de 14 mois de révolte en Syrie.

Articles en relation

Le double-attentat à Damas remet en cause le plan Annan

Syrie Deux voitures piégées ont dévasté jeudi un quartier de Damas, faisant 55 morts et 372 blessés. Ce double attentat, le plus meurtrier en près de 14 mois de violences en Syrie, enfonce un nouveau coin dans le plan de paix de Kofi Annan. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.