Tariq Ramadan obtient sa mise en liberté

FranceContre une caution de 340'000 francs, et son passeport suisse, l'islamologue suisse sera mis en liberté sous contrôle judiciaire, a décidé la Cour d'appel de Paris.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour d'appel de Paris a ordonné jeudi la mise en liberté sous contrôle judiciaire de Tariq Ramadan, incarcéré depuis sa mise en examen le 2 février pour des viols qu'il conteste, a annoncé son avocat à l'AFP.

La libération de l'islamologue suisse de 56 ans est cependant soumise au versement préalable d'une caution de 300'000 euros (quelque 342'000 francs), a précisé son avocat Emmanuel Marsigny. Tariq Ramadan, qui devra remettre son passeport suisse, aura interdiction de quitter le territoire, d'entrer en contact avec les plaignantes et certains témoins. Il devra pointer une fois par semaine au commissariat.

Une fois libéré de la prison de Fresnes où il est détenu, Tariq Ramadan, qui devra remettre son passeport suisse, aura interdiction de quitter le territoire, d'entrer en contact avec les plaignantes et certains témoins. Il devra aussi pointer une fois par semaine au commissariat.

Figure longtemps influente et controversée de l'islam francophone, le professeur Ramadan avait été mis en examen et incarcéré le 2 février pour le viol de deux femmes, Henda Ayari et celle que les médias surnomment «Christelle», dont les plaintes successives ont lancé l'affaire à l'automne 2017. Toutes deux affirment avoir subi un rapport sexuel d'une extrême violence, en 2012 à Paris pour la première et en 2009 à Lyon pour l'autre.

«J'irais fuir où? Alors que tout va vers mon innocence. (...) Je vais rester en France et défendre mon honneur et mon innocence», a-t-il déclaré à l'audience, sous le regard de sa fille et d'une dizaine de ses partisans, vêtus de T-shirt «Free Tariq Ramadan».

La chambre de l'instruction avait en effet accepté, à la demande de la défense, de ne pas ordonner le huis clos, pourtant quasi systématique à Paris en matière de détention, offrant à l'intellectuel sa première apparition en public depuis son incarcération.

Vêtu d'une polaire rouge, lunettes, barbe légère, Tariq Ramadan a saisi cette occasion pour plaider lui-même son innocence pendant une vingtaine de minutes, énergique et volubile, debout dans le box, a constaté un journaliste. «Je viens de passer dix mois en prison, je suis innocent, je le paye de ma santé, je ne peux plus marcher normalement», a défendu M. Ramadan, atteint d'une sclérose en plaques dont le traitement a été jugé compatible avec la détention.

«Une bêtise»

Cette demande de mise en liberté, la quatrième, avait été rejetée la semaine dernière par les juges qui craignaient notamment des pressions sur les plaignantes, argument à nouveau invoqué jeudi par le parquet général.

Elle avait été déposée dans la foulée d'une audition, fin octobre, où M. Ramadan avait finalement admis des relations sexuelles «consenties» avec ses accusatrices. Après un an de totales dénégations, la révélation d'échanges par SMS sans ambiguïté l'avait contraint à changer de version.

«Je n'ai jamais violé, je ne suis pas un violeur. C'est vrai que j'ai commis une erreur, j'ai pensé à protéger ma famille. C'était une erreur et une bêtise de ma part que ce mensonge», s'est-il justifié.

«Mais qui a menti le plus ? Qui a instrumentalisé le mouvement #MeToo ?», s'est défendu Tariq Ramadan, reprochant à ses accusatrices de «se répandre dans les médias». «Je voudrais que vous décidiez en votre âme, en conscience, non pas parce que je m'appelle Tariq Ramadan et qu'on m'a diabolisé dans ce pays», a-t-il lancé aux juges.

A tour de rôle, les avocats de la défense et des deux plaignantes s'étaient auparavant renvoyés les accusations de menaces sur les protagonistes du dossier et leur entourage. «Ces deux femmes sont régulièrement menacées, injuriées. Tariq Ramadan prend en otage sa communauté», s'était indigné Me Francis Szpiner, avocat de Henda Ayari.

«La remise en liberté de Tariq Ramadan est logique au regard des derniers développements du dossier qui démontrent que les accusations de viols s'effondrent», s'est félicité Me Marsigny jeudi soir auprès de l'AFP.

Pour l'avocat de «Christelle», «l'audience ayant été publique, tout le monde a pu entendre que la cour n'allait pas se prononcer sur sa culpabilité ou son innocence, mais sur la question de savoir si les conditions de son maintien en détention étaient toujours remplies».

«Il est évident que les aveux de Tariq Ramadan après neuf mois de mensonges ont joué dans cette décision», a ajouté Me Éric Morain. «Pour Christelle , le combat continue». (afp/nxp)

Créé: 15.11.2018, 19h29

Galerie photo

Tariq Ramadan dans la tourmente judiciaire

Tariq Ramadan dans la tourmente judiciaire L'islamologue genevois est mis en examen pour deux viols en France où il est accusé de deux autres viols, dont l'un en réunion. Accusé également de viol en Suisse, il doit être entendu par un procureur genevois.

Articles en relation

Et de quatre refus pour la libération de Ramadan

France L'islamologue genevois ne pourra toujours pas recouvrer la liberté, malgré une quatrième demande. Plus...

«Je suis soulagé, j'ai dit une parole de vérité»

Affaire Ramadan Alors que l'islamologue genevois vient de reconnaître des relations sexuelles consenties, la justice s'interroge sur son revirement. Plus...

Il reconnaît des relations sexuelles «consenties»

Affaire Ramadan Tariq Ramadan a donné lundi midi chez les juges d'instruction parisiens sa nouvelle version des faits concernant une des deux femmes qui l'accuse de l'avoir violée voici neuf ans. Plus...

Tariq Ramadan exige le silence de la plaignante suisse, en vain

Justice La Cour de justice rejette le recours de l’islamologue qui voulait empêcher les avocats de la plaignante de parler dans les médias. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.