Tariq Ramadan sous la menace d'une 3e inculpation

FranceL'islamologue suisse était interrogé mardi pour la première fois par les juges parisiens. Il pourrait être inculpé pour des agressions sur une ancienne escort-girl.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'intellectuel musulman suisse Tariq Ramadan était interrogé mardi pour la première fois par les juges parisiens chargés d'enquêter sur les accusations de viols. Elles pourraient lui valoir une troisième inculpation.

Tariq Ramadan, 55 ans, a été écroué le 2 février. Il est actuellement détenu à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes, dans la banlieue parisienne, en raison de sa sclérose en plaques. Il a déjà été mis en examen (inculpé) pour deux viols, dont l'un sur personne vulnérable, qu'il nie catégoriquement avoir commis.

L'enquête a démarré en octobre. Elle reposait initialement sur les accusations d'anciennes admiratrices du prédicateur - la militante laïque et ancienne salafiste Henda Ayari et une femme connue sous le pseudonyme de «Christelle». Ces femmes ont décrit des rapports sexuels forcés et accompagnés d'une grande violence.

Robe tachée de sperme

Depuis mars, une troisième plaignante, Mounia R., l'accuse des mêmes faits et le parquet de Paris a requis une nouvelle mise en examen. Cette ancienne escort-girl est l'une des protagonistes du procès pour proxénétisme de l'hôtel Carlton aux côtés de l'ancien directeur du FMI, le Français Dominique Strauss-Kahn.

Elle affirme avoir été violée à neuf reprises en France, à Londres et à Bruxelles, de 2013 à 2014. Pour prouver la relation sexuelle avec Tariq Ramadan, elle a versé au dossier une robe noire tachée de sperme. Les résultats des tests ADN sont attendus prochainement.

A l'inverse, la défense affirme avoir déposé lundi «plus de 300 vidéos et plus de 1000 photos» témoignant d'une relation consentie entre l'intellectuel et cette femme. Elle espère ainsi convaincre les juges de renoncer à cette mise en examen.

La famille au créneau

Si le prédicateur devait reconnaître une relation adultère, très éloignée des enseignements qui ont fait sa célébrité, ce serait un nouveau coup porté à l'aura de celui qui fut une rare figure médiatique et populaire de l'islam en Europe. Au gré des révélations sur sa vie personnelle dans cette affaire, ses soutiens se sont peu à peu effrités.

Sa famille en revanche monte régulièrement au créneau pour continuer à le défendre. «Mon soutien à mon père n'est ni aveugle, ni naïf. J'ai vécu pendant une trentaine d'années avec lui et les contradictions des plaignantes me confortent dans ma conviction», a ainsi affirmé sa fille Maryam Ramadan dans un entretien au quotidien Libération publié mardi.

En Suisse, une quatrième femme a porté plainte. Son témoignage doit encore être versé au dossier français. (afp/nxp)

Créé: 05.06.2018, 12h20

Galerie photo

Tariq Ramadan dans la tourmente judiciaire

Tariq Ramadan dans la tourmente judiciaire L'islamologue genevois est mis en examen pour deux viols en France où il est accusé de deux autres viols, dont l'un en réunion. Accusé également de viol en Suisse, il doit être entendu par un procureur genevois.

Articles en relation

Maryam Ramadan: «La seule vraie victime est mon père»

France Alors que Tariq Ramadan doit être entendu par les juges, mardi, sa fille Maryam s'est une nouvelle fois exprimée dans la presse. Plus...

«Je n’ai rien dit que je ne peux pas documenter»

Saïda Keller-Messahli Soupçonnée de calomnie et diffamation à l’encontre de l’imam biennois Abu Ramadan, la présidente du Forum pour un islam progressiste persiste et signe Plus...

Tariq Ramadan reste en prison

France La cour d'appel de Paris a rejeté mardi la demande de remise en liberté de l'islamologue Tariq Ramadan. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.