Les téléphones de Bolsonaro visés par des hackers

BrésilDes pirates informatiques ont tenté d'accéder au contenu des téléphones du président brésilien. Quatre hommes ont été arrêtés.

Jair Bolsonaro: «J'ai toujours fait attention avec les informations stratégiques. Celles-ci ne transitent pas par le téléphone (...)»

Jair Bolsonaro: «J'ai toujours fait attention avec les informations stratégiques. Celles-ci ne transitent pas par le téléphone (...)» Image: archive/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les téléphones portables du président brésilien Jair Bolsonaro ont été la cible de tentatives de piratages informatiques qui ont visé aussi d'autres membres du gouvernement, a annoncé jeudi le ministère de la Justice.

Le ministère a été «informé par la Police fédérale que des téléphones portables utilisés par le président de la République Jair Bolsonaro ont été la cible d'attaques de pirates informatiques arrêtés mardi», a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le texte ne précise pas si les hackers avaient réussi à accéder au contenu des téléphones du chef de l'Etat, lequel s'est voulu rassurant.

«J'ai toujours fait attention avec les informations stratégiques. Celles-ci ne transitent pas par le téléphone. Alors je n'ai aucune inquiétude si jamais quelque chose venait à fuiter depuis mon téléphone. Ils (les pirates) ne trouveront rien de compromettant», a déclaré Jair Bolsonaro à des journalistes depuis Manaus, au nord du pays.

Quatre arrestations

Quatre personnes ont été arrêtées mardi dans l'Etat de Sao Paulo, accusées de participer à ces attaques informatiques visant notamment le ministre de la Justice Sergio Moro, et les procureurs chargés de l'enquête anti-corruption Lava Jato (Lavage Express). Le ministre de l'Economie Paulo Guedes figura également parmi les victimes.

Sergio Moro a félicité les agents en charge de l'opération et a affirmé que les personnes arrêtées étaient «la source de ceux qui ont publié de supposés messages obtenus illégalement», en référence aux révélations du site The Intercept Brasil.

Sur la base de messages obtenus de source anonyme, ce site internet cofondé par le journaliste américain Glenn Greenwald distille depuis début juin des informations qui ont mis sur la défensive l'ex-juge Moro.

Les responsables de l'enquête anticorruption Lava Jato (Lavage express) au Brésil auraient manoeuvré pour empêcher le retour de l'ex-président de gauche Lula au pouvoir l'an dernier, selon The Intercept.

«La tentative de lier de supposés hackers à notre travail est une des nombreuses attaques (subies) depuis que nous avons commencé à publier» ces informations, a réagi The Intercept Brasil. (ats/nxp)

Créé: 25.07.2019, 21h28

Articles en relation

Bolsonaro nomme un fils, ami des Trump, aux USA?

Brésil Le plus jeune des fils du président brésilien est actuellement député. Son père songe à le nommer ambassadeur aux Etats-Unis. Plus...

Jair Bolsonaro défend le travail des enfants

Brésil Le président brésilien a mis en avant son exemple personnel pour défendre le travail des enfants, créant la polémique. Plus...

Bolsonaro révoque deux décrets sur le port d'armes

Brésil Sous la pression du Sénat, le président brésilien a annulé, mardi, deux textes polémiques sur la libéralisation des armes. Plus...

Le Sénat s'oppose à Bolsonaro sur les armes

Brésil Le Sénat brésilien a voté contre le décret qui libéralisait la vente d'armes. L'Assemblée nationale aura le dernier mot. Plus...

Bolsonaro critique la Cour suprême du Brésil

Criminalisation de l'homophobie Alors que la Cour suprême brésilienne vient de criminaliser l'homophobie au même titre que le racisme, le président d'extrême droite proteste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...