Temer se défend de protéger son entourage

BrésilLe président brésilien affirme que «tout ministre mis en examen (dans l'affaire Petrobras) sera provisoirement écarté».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président brésilien Michel Temer s'est défendu lundi de vouloir protéger des membres de son équipe. Certains d'entre eux sont menacés de poursuites judiciaires dans le cadre du scandale de corruption Petrobras.

«Tout ministre mis en examen sera provisoirement écarté», a déclaré le chef de l'Etat à Brasilia. Il a également souligné qu'il se séparerait définitivement de tout membre du gouvernement renvoyé pour jugement devant la Cour Suprême.

«Le gouvernement ne veut protéger personne. Et ne le fera pas. Mais il ne peut pas accepter qu'une simple mention (de son nom dans une enquête, NDLR) serve à incriminer définitivement quelqu'un et, par conséquent, écarter un ministre», a expliqué Michel Temer.

Le président brésilien suscite de vives critiques à la suite de nominations. Certaines sont considérées comme faisant partie d'une offensive pour étouffer le volet politique de l'enquête Petrobras et dérober des membres de son entourage à la justice ordinaire.

Partisans

Il a ainsi nommé au Tribunal Suprême fédéral (STF) l'un de ses plus fervents partisans, l'ex-ministre de la justice Alexandre de Moraes, en remplacement de Teori Zavaski, le juge rapporteur du volet politique de l'affaire Petrobras au sein de la haute juridiction. Ce dernier est mort le mois dernier lors d'un accident d'avion.

Michel Temer a également offert un poste avec rang de ministre à l'un de ses proches conseillers, Wellington Moreira Franco. L'homme est cité à de nombreuses reprises dans l'enquête Petrobras.

Cette mesure a été interprétée comme une manoeuvre pour protéger Wellington Moreira Franco de la justice ordinaire. Les ministres brésiliens ne pouvent répondre pénalement de leurs actes que devant la Cour suprême, beaucoup plus lente. Elle a donné lieu ces derniers jours à une intense bataille judiciaire qui devait être arbitrée lundi soir par la haute juridiction.

Depuis qu'il a succédé à la présidente de gauche Dilma Rousseff, destituée en 2016 pour maquillage des comptes publics, Michel Temer a vu six de ses ministres contraints de démissionner face à des accusations de corruption.

Confessions explosives

La Cour Suprême doit prochainement décider si elle lèvera le secret d'instruction sur les confessions d'anciens cadres du géant du BTP Odebrecht.

Le contenu de ces confessions est considéré comme une vraie bombe à retardement, avec des révélations explosives sur le versement de pots-de-vin à des politiques de tous bords pour s'assurer de juteux contrats de sous-traitance avec la compagnie pétrolière d'Etat Petrobras.

D'après une de ces confessions qui a donné lieu à des fuites dans la presse, Michel Temer a demandé à Odebrecht des millions de dollars pour financer les campagnes de son parti, le PMDB (centre droit), en 2014, quand il était vice-président. (ats/nxp)

Créé: 14.02.2017, 03h20

Articles en relation

Une rentrée politique explosive au Brésil

Brésil Sur fond de scandales de corruption entourant le président brésilien M. Temer et autres mesures d'austérité, l'année 2017 risque d'être agitée. Plus...

Une opération anti-fraude vise un proche du président

Brésil La police brésilienne mène une vaste opération anti-fraude, qui vise notamment un ex-ministre-clé du président Michel Temer. Plus...

Un proche du président brésilien démissionne

Petrobras Cette démission d'un proche conseiller, qui nie être impliqué dans le scandale Petrobras, fragilise un peu plus Michel Temer. Plus...

La Cour suprême garde le président du Sénat

Brésil Cette décision apparaît comme un soulagement pour le président Temer et son gouvernement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.