Un témoin décrit la corruption généralisée

FIFAGateUn témoin, plaidant coupable, a dépeint un schéma de corruption systématisée dans le football sud-américain.

L'Argentin Alejandro Burzaco (centre) a plaidé coupable en 2015 et accepté de collaborer avec la justice. (Image d'archive)

L'Argentin Alejandro Burzaco (centre) a plaidé coupable en 2015 et accepté de collaborer avec la justice. (Image d'archive) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le premier témoin dans le procès FIFA a brossé mardi un tableau accablant de la corruption au sein du football sud-américain, avec des millions de dollars de pots-de-vin payés pour les droits télé des tournois du continent ou pour choisir des pays-hôtes de la Coupe du monde.

Le témoin, Alejandro Burzaco, dirigeait, depuis 2006 et jusqu'à son inculpation par la justice américaine en mai 2015, une puissante société argentine directement impliquée dans de multiples contrats de droits télé en Amérique du Sud, et au coeur de ce système. Alejandro Burzaco, qui à la tête de «Torneos y Competencias» fréquentait tous les grands du football sud-américains, a plaidé coupable en novembre 2015 et coopère avec la justice américaine en attendant sa condamnation.

Interrogé par le procureur Samuel Nitze, Alejandro Burzaco - qui était proche du très puissant président de la fédération argentine de football Julio Grondona, décédé en 2014 - a expliqué comment sa société avait participé des années durant au paiement de millions de dollars de pots-de-vin aux responsables de la confédération sud-américaine du football, Conmebol.

Des télévisions en accusation

Ces millions permettaient d'obtenir ou de conserver, face à une concurrence féroce, de juteux contrats de droits télé pour la diffusion internationale de ce sport-passion. Les montants de ces contrats n'ont cessé d'augmenter ces dernières années. Devant les jurés, Alejandro Burzaco a aussi affirmé que de nombreuses chaînes télévisées et sociétés audiovisuelles payaient ces pots-de-vin, dont la brésilienne TV Globo, l'américaine Fox Sports ou l'espagnole Mediapro.

Le président de la Conmebol, le Paraguayen Nicolas Leoz, et ses lieutenants, Julio Grondona et Ricardo Teixeira, ex-président de la fédération brésilienne, auraient reçu notamment quelque 600'000 dollars par an en échange de contrats liés aux tournois de la Copa Libertadores (l'équivalent de la Ligue des champions en Amérique du Sud) et de la moins prestigieuse «Copa suramericana». Et plusieurs millions supplémentaires pour des contrats ciblés.

Membres du comité exécutif de la FIFA, ces trois hommes pouvaient aussi être rémunérés pour leur vote lors des choix des pays-hôtes des Coupes du monde, a laissé entendre Alejandro Burzaco.

Rappel à l'ordre dans les toilettes

Il a ainsi raconté comment MM. Teixeira et Grondona avaient «secoué» Nicolas Leoz dans les toilettes au siège de la FIFA à Zurich en décembre 2010, parce qu'il ne votait pas comme convenu pour le Qatar en 2022. «Qu'est-ce-que tu fais? Qui ne vote pas pour le Qatar?» lui auraient-ils demandé. De retour dans la salle après ce rappel à l'ordre, la candidature du Qatar l'a finalement emporté.

Face à cette corruption endémique, les trois accusés du procès new-yorkais ne faisaient pas exception, a assuré Alejandro Burzaco, qui a affirmé leur avoir versé des pots-de-vin: à savoir l'ex-président de la puissante fédération brésilienne, José Maria Marin, 85 ans; Manuel Burga, qui dirigea la fédération péruvienne de 2002 à 2014 et ex-membre du comité de développement de la FIFA, 60 ans; et Juan Angel Napout, ex-président de la fédération paraguayenne et de la Conmebol, 59 ans.

Selon Alejandro Burzaco, M. Marin aurait notamment reçu à partir de 2012 quelque 300'000 dollars par an de pots-de vin, avant que cette somme soit augmentée à 450'000 dollars.

Sur les 42 personnes visées par la justice américaine dans ce scandale, les trois hommes - qui ont écouté avec attention l'interrogatoire de Alejandro Burzaco - sont les seuls à être jugés dans ce procès censé durer six semaines. Ils risquent des peines de plus de 20 ans de prison.

Ils plaident coupables

Vingt-quatre autres personnes, dont Alejandro Burzaco, ont plaidé coupable. Les autres sont soit poursuivies par la justice de leur pays, soit luttent contre leur extradition aux Etats-Unis.

Alejandro Burzaco, dont l'interrogatoire devait continuer mercredi, n'a pas impliqué mardi de responsable du football européen.

Lui qui se rendait régulièrement au siège de la FIFA à Zurich, où le scandale a éclaté en mai 2015, a juste été appelé par le procureur à identifier des photos de certains d'entre eux: l'ex-président de la FIFA Sepp Blatter, son ex-bras droit Jérome Valcke, ou encore le président du PSG et patron de BeIN Media, Nasser Al-Khelaïfi.

MM. Valcke et Al-Khelaïfi sont actuellement dans le collimateur de la justice suisse pour des allégations de corruption autour de l'attribution de droits télé des Coupes du monde 2026 et 2030, qu'ils démentent.

Sepp Blatter est entendu comme témoin par la justice française qui enquête sur des soupçons de corruption dans l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022. (ats/nxp)

Créé: 15.11.2017, 01h13

Un accusé se donne la mort

Un ancien dirigeant du football argentin, mis en cause lors d'un témoignage au procès de la FIFA à New York mardi, s'est suicidé quelques heures plus tard en se jetant sous un train, selon les médias argentins mercredi.

Suicidaire? Faites-vous aider!

«Chercher de l'aide n'est pas un aveu de faiblesse! C'est un démarche courageuse et positive», affirme l’association Stopsuicide ( https://www.stopsuicide.ch/site/content/trouver-de-laide ), dont la mission est de parler, faire parler, informer, sensibiliser et augmenter les possibilités de prévention.
N'hésitez pas à téléphoner, notamment aux structures suivantes : «La Main Tendue» (composer le 143), la «Ligne d'aide pour jeunes» (composer le 147), «Malatavie Ligne Ados» (HUG - Children Action), 022 372 42 42.

Articles en relation

Le procès FIFA entre dans le vif du sujet

Football - FIFAgate Ce lundi débute à New York le procès de trois anciens cadres de la faîtière du football mondial, accusés d'avoir touché des pots-de-vin. Plus...

Sepp Blatter nie toute agression sexuelle

Harcèlement La gardienne de l'équipe de football des Etats-Unis, Hope Solo, révèle que l'ex-président de la FIFA aurait eu les mains baladeuses lors d'une cérémonie. Plus...

Corruption: la FIFA en procès à New York

Suisse / Etats-Unis Un procureur fédéral va dévoiler, lors d'un procès à Brooklyn, les résultats de l'une des enquêtes les plus complexes jamais menées. Sepp Blatter et Jérôme Valcke dans le viseur. Plus...

FIFAgate: prison ferme pour un cadre caïmanais

Football L'ancien secrétaire général de la Fédération des îles Caïman a été condamné à 15 mois de prison dans le cadre du scandale de corruption à la FIFA. Plus...

Huit mois de prison pour un ex-responsable

Fifagate Une première peine a été prononcée mercredi dans le scandale de corruption de la Fifa, contre un ex-responsable du Guatemala. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.