Passer au contenu principal

La tentation de «sortir de l’Etat de droit»

L'unité nationale à laquelle le président français appelle est impossible. Surenchère et impatience à droite et à l'extrême droite.

Le président François Hollande s'entretient avec un pompier intervenu après l'attentat qui s'est produit à Saint-Étienne-du-Rouvray.
Le président François Hollande s'entretient avec un pompier intervenu après l'attentat qui s'est produit à Saint-Étienne-du-Rouvray.
Keystone

«Les arguties juridiques, les précautions, les prétextes à une action incomplète ne sont pas admissibles.» La déclaration dure et solennelle de Nicolas Sarkozy, au siège du parti Les Républicains, a donné le ton. Cette nouvelle attaque de «soldats de Daech» sur le sol national a mis en ébullition la classe politique française. A la surenchère de mesures débordant du cadre de l’Etat de droit ou touchant aux libertés fondamentales, entendues après l’attentat de Nice, s’ajoute désormais l’impatience.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.