Passer au contenu principal

FranceLe tireur «de Libération» bel et bien condamné

La Cour d'appel de Paris a confirmé jeudi la condamnation à 25 ans de prison à l'encontre d'Abdelhakim D. qui avait attaqué au fusil à pompe BFM TV, Libération et la Société générale en 2013.

Abdelhakim D. lors de son procès.
Abdelhakim D. lors de son procès.
AFP

Il y a deux décennies, Abdelhakim D. avait été condamné à quatre ans de prison dans le procès des amants «tueurs de flics» Florence Rey et Audry Maupin, avec lesquels il fréquentait les milieux d'extrême- gauche et anarchistes mais dont il ne fut qu'un comparse.

Cette fois, il a notamment été jugé coupable de tentative d'assassinat sur le rédacteur en chef de BFM TV Philippe Antoine et sur le photographe César Sébastien, qu'il a grièvement blessé dans le hall du quotidien Libération en novembre 2013. Il avait également fait feu le même jour contre les locaux de la Société générale à La Défense.

Cet homme aux lunettes rondes et au front dégarni, qui se présente comme un militant anti-système et aura 53 ans le 24 septembre a redit comme en première instance avoir voulu mettre en scène sa propre mort par désespoir et n'avoir jamais voulu tuer personne, délaissant les explications idéologiques qu'il avait avancées pendant l'enquête.

Revoir la vidéo du tireur de Libé aux Assises en novembre 2017

Incrimination élargie

Mais, pas plus qu'en première instance, la Cour d'appel n'a suivi cette explication d'Abdelhakim D., décrit comme un «affabulateur» et un «menteur pathologique». Elle a même élargi l'incrimination de tentative d'assassinat à la personne de deux employées de la Société générale, ce dont ses avocats se disent troublés.

«Nous nous demandons si le but de cette extension n'est pas de justifier le caractère disproportionné de la peine prononcée en première instance, qui reste disproportionné compte tenu de notre appréciation des faits», a déclaré l'un de ces trois avocats, Me Hugo Lévy.

«Nous allons examiner les conditions d'un pourvoi en cassation. Nous l'envisageons très sérieusement», a ajouté Me Hugo Lévy, qui assure aussi vouloir «accompagner» avec ses deux confrères Abdelhakim D. durant son parcours carcéral.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.