Tournure politique pour le meurtre d'un journaliste

SlovaquieLe suspect présumé de l'assassinat du journaliste d'investigation Jan Kuciak se serait vanté dans ses textos de ses relations avec le pouvoir.

Une femme se recueille devant des photographies de Jan Kuciak et sa fiancée, tués en 2018.

Une femme se recueille devant des photographies de Jan Kuciak et sa fiancée, tués en 2018. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des procureurs slovaques ont déclaré lundi qu'ils se penchaient sur les contacts entre des hommes politiques et le commanditaire présumé du meurtre du journaliste d'investigation Jan Kuciak, tué en février 2018.

Cette annonce survient dans le sillage de fuites dans les médias de textos où des suspects se vantent de leurs relations avec des politiciens, dont l'ancien Premier ministre Robert Fico, forcé de démissionner à la suite de l'assassinat de Kuciak et de sa fiancée.

«Des représentants des autorités publiques de différents niveaux ont communiqué avec Marian» K., l'entrepreneur accusé d'avoir ordonné le meurtre du journaliste qui avait enquêté sur ses activités, a dit aux journalistes un procureur spécial sous couvert de l'anonymat, sans donner de noms.

«J'invite fermement ces gens à se manifester et à expliquer personnellement ces communications», a dit le magistrat, ajoutant que les responsables en questions pouvaient avoir commis des délits.

Cinq accusés

Des manifestations avaient poussé M. Fico à démissionner, mais il garde la direction du parti populiste de gauche au pouvoir Smer-SD et des relations étroites avec son successeur Peter Pellegrini.

Cinq personnes sont accusées du double meurtre, dont le promoteur immobilier K. et son ex-interprète Alena Zs.

K. se dit innocent, selon son avocat Marek Para. Ce dernier n'a pas démenti l'authenticité des textos cités dans la presse, mais déclare que leur contenu «ne concerne pas du tout l'acte» reproché à son client.

Dans ses chats avec Alena Zs, K. appelle Fico «Tête carrée», comme le font souvent ses compatriotes. «Je crains que Tête carrée ne s'en tirera pas», a écrit K. quelque jours après le crime.

Possible vantard

Plus tard, quand Fico avait déjà quitté son poste, K. a annoncé à sa correspondante qu'il allait «rendre visite à Tête carrée et lui donner un coup de pied au derrière». La semaine dernière Fico a reproché à l'opposition et aux médias de mener «une sorte de jihad» contre lui et son parti.

Un analyste de Bratislava, Pavol Babos, pense qu'«il n'est pas exclu que K. se soit vanté de choses qui n'étaient pas vraies, pour faire une grande impression».

Il est trop tôt pour savoir si l'affaire des textos aura un impact sur les législatives prévues en mars 2020. Mais tant Fico que son ancien ministre de l'Intérieur Robert Kalinak «sont en train de perdre définitivement leur potentiel de créer une coalition». (afp/nxp)

Créé: 19.08.2019, 20h07

Articles en relation

Les meurtriers présumés du journaliste avaient déjà tué

Slovaquie Les deux hommes accusés l'an dernier du meurtre de Jan Kuciak et de sa fiancée sont soupçonnés d'avoir tué auparavant un homme d'affaires. Plus...

Un millionnaire derrière l'assassinat du journaliste

Slovaquie Un des quatre suspects arrêtés pour l'assassinat du journaliste Kuciak affirme qu'un millionnaire a donné l'ordre. Plus...

Journaliste assassiné: un quatrième accusé

Slovaquie Une femme de 44 ans est suspectée du meurtre du journaliste d'investigation slovaque Jan Kuciak, selon le parquet. Plus...

Après le meurtre du journaliste, une tête roule

Slovaquie Le chef de la police nationale, Tibor Gaspar, quittera ses fonctions le mois prochain. Sa démission était réclamée suite au meurtre du journaliste Jan Kuciak. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...