Le trafic de crèmes de blanchiment à base de mercure se porte bien

SantéAlors que se tient à Genève une conférence de la convention onusienne sur le mercure, 50 ONG dénoncent les négligences d'Amazon et d'eBay.

Une campagne de prévention contre les produits pour blanchir la peau.

Une campagne de prévention contre les produits pour blanchir la peau. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des produits dangereux destinés à blanchir la peau s'achètent bien trop facilement sur le web, notamment sur les plates-formes Amazon et eBay, dénonce une cinquantaine d'ONG, présentes dans plus de 20 pays. Ces produits sont particulièrement nocifs car ils contiennent des niveaux élevés de mercure. Ils sont souvent vendus sous une étiquette mentionnant «skin lightening cream» ou «skin whitening cream». Nombre d’États ont déjà interdit leur vente. Mais les crèmes ou lotions illégales continuent d'être mises sur le marché, un trafic favorisé par la vente en ligne.

Dans certains pays, comme aux États-Unis, l'utilisation de mercure dans quelques produits cosmétiques (comme le mascara) est réglementé, avec une valeur limite à 1 mg/kg. Mais les crèmes illégales de blanchiment repérées sur les deux plates-formes de vente en ligne font exploser ces valeurs, avec des teneurs en moyenne 10'000 fois supérieures aux limites légales américaines.

Traçabilité difficile

Le collectif, intitulé «Groupe de travail zéro mercure», a ainsi identifié 19 produits dangereux vendus par ces deux plates-formes. Ils ont souvent été fabriqués au Pakistan ou en Inde, mais peuvent être vendus par des détaillants américains, sri lankais, chinois... ce qui ne facilite pas leur traçabilité. Sur l'ensemble des échantillons prélevés de 2017 à 2018, sur Internet mais aussi dans des échoppes classiques dans 22 pays, plus d'un produit sur 10 avait une teneur très élevée en mercure.

Les ventes de ces crèmes ou lotions augmentent globalement dans le monde, et sont particulièrement prisées par une clientèle féminine en Afrique, en Amérique latine, en Asie et au Moyen-Orient, et elles sont aussi achetées en Amérique du Nord et en Europe, notent les ONG qui ont mené l'enquête. Une lettre a été envoyée à Jeff Bezos, le patron d'Amazon, pour lui demander de retirer dans les plus brefs délais ces produits de la vente, dont la nocivité est dénoncée depuis 1973 par la FDA, l'agence américaine de surveillance des médicaments. Une missive a également été envoyée à eBay pour souligner que la présence de ces crèmes sur sa plate-forme était illégale.

Cette dénonciation intervient alors que se tient toute la semaine à Genève la deuxième conférence des parties signataires de la Convention de Minamata sur le mercure, un traité international ratifié par 101 Etats. L’objectif de la convention consiste à réduire au strict minimum l'usage de ce métal lourd hautement toxique. Elle prévoit ainsi l'interdiction du mercure d'ici 2020 dans plusieurs types de produits, comme les thermomètres, les instruments de mesure de la tension, les batteries, les interrupteurs, certains types de lampes fluorescentes et les crèmes et lotions cosmétiques.

Multiples effets

Les ONG demandent à ce que les Etats concentrent sans tarder leurs efforts sur la problématique spécifique des crèmes, lotions ou encore savons de blanchiment vendus illégalement sur Internet, car ils sont dangereux à la fois pour la santé des utilisateurs et pour l'environnement.

Par le passé, l'OMS a déjà attiré l'attention sur la nocivité de ces produits à base de mercure, dont la propriété est d'inhiber la production de mélanine. Dans un rapport de 2011, l'organisation pointe les effets secondaires: dommages sur les reins, irritations de la peau, déficience immunitaire, dépression... D'autres substances sont aussi présentes dans des produits vendus comme blanchisseurs de la peau, comme l'hydroquinone, et dont les effets sont tout aussi dévastateurs. (24 heures)

Créé: 22.11.2018, 17h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.