Traité transatlantique: encore loin selon la France

Libre-échangeLa possibilité de conclure un accord sur un traité de libre-échange transatlantique (Tafta ou TTIP) «s'éloigne», selon le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Matthias Fekl.

De gauche à droite: David Cameron, Barack Obama, Angela Merkel, François Hollande et Matteo Renzi (de dos) se sont retrouvés à Hanovre ce lundi 25 avril 2016.

De gauche à droite: David Cameron, Barack Obama, Angela Merkel, François Hollande et Matteo Renzi (de dos) se sont retrouvés à Hanovre ce lundi 25 avril 2016. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Interrogé sur la radio RTL sur l'éventualité de la signature d'un accord avant la fin de l'année, Matthias Fekl.a répondu: «Non, je ne pense pas».

«On s'éloigne d'ailleurs des chances, ou des risques, chacun jugera, de conclusion tout court», a-t-il ajouté alors qu'un nouveau cycle de négociations se tient cette semaine à New York.

Enumérant les sujets sur lesquels la France attend des avancées, comme l'environnement, la transparence des discussions, ou les procédures d'arbitrage, il a affirmé souhaiter, «un bon accord».

Mais «il n'y a pas de frénésie ni française ni européenne à signer à n'importe quel prix, n'importe quoi», a-t-il assuré.

Tournée européenne d'Obama

Ce vaste accord commercial, en négociation depuis 2013, vise à supprimer les barrières douanières et réglementaires entre les Etats-Unis et l'UE mais il rencontre une forte résistance dans la société civile qui critique notamment son opacité, mais aussi l'impact qu'il pourrait avoir sur l'agriculture ou l'environnement.

«Je ne vois pas l'Europe comme devant suivre les Etats-Unis», a-t-il justifié. «Le premier ensemble économique au monde, c'est l'Europe, le premier ensemble qui pèse dans le commerce international par sa valeur, par son poids, c'est l'Europe. L'Europe doit se faire entendre en tant que telle», a-t-il répété.

«Il n'y a aucune raison de se mettre à la remorque de tel ou tel continuent, ou tel ou tel pays, fût-il un partenaire et un allié», a-t-il insisté alors que le président américain Barack Obama vient d'effectuer une tournée européenne entre autres pour pousser les négociations entre l'UE et les USA sur cet accord de libre-échange.

François Hollande avait affirmé mi-avril que la France pouvait «toujours dire non» si les conditions qu'elle a posées, concernant la transparence ou encore l'accès aux marchés publics, n'étaient pas respectées.

(afp/nxp)

Créé: 26.04.2016, 09h51

Articles en relation

Obama pousse pour l'accord de libre-échange

USA-UE Le président américain est arrivé dimanche à Hanovre, dans le nord de l'Allemagne pour une visite de deux jours. Plus...

Obama en Allemagne avec «son amie» Merkel

Diplomatie Le président américain entame ce dimanche une visite à Hanovre. Plus...

Nouveau round UE-USA dans un climat de méfiance

Libre-échange En Europe, mais également aux Etats-Unis, le traité transatlantique reste accusé d'être le Cheval de Troie d'une déréglementation généralisée et opaque. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.