Les trolls russes avaient aussi infiltré Instagram

Etats-UnisL'ingérence russe pendant la présidentielle américaine de 2016 a également touché des millions d'utilisateurs d'Instagram.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Facebook a révélé qu'environ 20 millions d'utilisateurs d'Instagram aux Etats-Unis avaient également vu des contenus créés par des opérateurs russes pour influencer l'élection présidentielle étasunienne de 2016. L'entreprise s'exprimait devant une commission du Sénat.

Au total, environ 150 millions d'utilisateurs de Facebook et d'Instagram ont vu de tels contenus russes en 2015 et 2016, a dit le directeur juridique de Facebook, Colin Stretch. Il s'exprimait lors d'une audition mercredi devant la commission du Renseignement du Sénat américain, la deuxième audition parlementaire consacrée au rôle des réseaux sociaux dans la campagne de désinformation russe en deux jours.

Environ 120'000 publications

Sur Instagram, qui appartient à Facebook, environ 120'000 publications ont été créées par des opérateurs identifiés comme russes. Elles ont été vues par 16 millions d'utilisateurs après octobre 2016, et environ 4 millions avant cette date, selon Colin Stretch. Il a prévenu que les données avant octobre 2016 étaient moins précises.

Ils s'ajoutent aux 126 millions d'utilisateurs de Facebook ayant vu sur leur fil d'actualité des articles créés par la société russe Internet Research Agency, liée au renseignement russe, pour influencer l'élection. Au total, selon le responsable, environ 150 millions de personnes ont donc été touchées par la désinformation russe sur les deux plate-formes.

Réponse tardive fustigée

Twitter et Google participaient également à cette audition, devant des sénateurs furieux de ce qu'ils considèrent être une réponse tardive des géants d'internet pour lutter contre les faux comptes et les robots opérés par la Russie ou potentiellement d'autres pays.

Près d'un an après l'élection présidentielle américaine, les sociétés commencent à fournir des données sur ces campagnes d'influence. Twitter et Facebook soulignent cependant que ces contenus ne représentaient qu'une infime proportion de tous les contenus publiés. (ats/nxp)

Créé: 01.11.2017, 18h04

Articles en relation

Est-ce le début d'une destitution pour Trump?

Etats-Unis Les accusations d'ingérence russe dans des élections aux Etats-Unis ou en Europe placent le président américain en fâcheuse posture. Peut-il être destitué? Plus...

L'incorruptible qui fait trembler la Maison Blanche

Affaire russe Discret, le procureur spécial Robert Mueller vient de livrer ses premières inculpations dans l'affaire russe, de quoi donner des cheveux blancs à Washington. Plus...

Trois ex-conseillers de Trump poursuivis

Affaire russe L'ex-chef de campagne de Donald Trump est visé par douze chefs d'inculpation. Un autre conseiller a sciemment menti au FBI. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.