«Il y avait un trou dans le bateau»

BirmanieUne centaine de réfugiés Rohingyas, qui avaient fui un camp à bord d'un bateau, ont été interceptés par la police birmane.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un groupe de plus de cent Rohingyas fuyant un camp de «personnes déplacées» de l'ouest de la Birmanie à bord d'un bateau a échoué sur les côtes birmanes, sur la route de l'exil vers la Malaisie et a été interpellé vendredi par la police.

Une équipe de l'AFP s'est rendue sur place, dans la région de Kyauktan, à une heure au sud de Rangoun, où le bateau s'est retrouvé coincé, faute de carburant, selon les survivants interrogés.

«Nous n'avions plus de carburant et il y avait un trou dans le bateau», a expliqué à l'AFP une des rescapées, Elia, âgée de 35 ans. Elle a aussi fait état de la mort en mer plusieurs jours plus tôt d'une fillette.

Les journalistes ont pu voir les Rohingyas être embarqués par la police dans un convoi de huit camionnettes. Des membres de la Croix Rouge et de l'immigration birmane étaient aussi présents.

Une vingtaine d'enfants parmi le groupe

«Ils sont arrivés tôt ce matin», a confirmé à l'AFP un responsable de la police, sous couvert de l'anonymat. Au sein de ce groupe de 106 personnes, majoritairement des hommes, se trouvent aussi 23 enfants.

Selon plusieurs responsables rohingyas en Etat Rakhine interrogés par téléphone par l'AFP, ce groupe fuyait un des camps où s'entassent plus de 120'000 Rohingyas près de Sittwe, la capitale de l'Etat Rakhine.

«Ils sont partis depuis 15 jours pour tenter de gagner la Malaisie. Ils sont partis en secret, nous n'étions pas au courant», a confirmé le chef de leur camp de Dapaing.

Aucune clarification n'a pu être obtenue dans un premier temps sur leur sort, vraisemblablement un renvoi dans leur camp.

Les conditions de vie dans les camps autour de Sittwe sont très critiquées: les Rohingyas qui y vivent devaient au départ n'y rester que temporairement, mais ils y sont coincés depuis des années, avec une liberté de mouvement très restreinte.

Aoife Mc Donnell, porte-parole du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU, a mis en garde qu'avec la fin de la mousson, où la mer d'Andaman est trop agitée pour tenter la traversée, les groupes de Rohingyas fuyant par bateaux de fortune la Birmanie allaient se multiplier, comme chaque hiver.

Pas de candidat au retour

«Avec la perspective d'une hausse des mouvements de bateaux à la fin de la mousson, il devient de plus en plus urgent que les autorités prennent des mesures pour régler les problèmes» conduisant les Rohingyas à fuir, a-t-elle.

Cet incident intervient au lendemain de ce que la Birmanie annonçait comme le début du retour en masse des plus de 720'000 Rohingyas ayant fui depuis août 2017 ce que l'ONU décrit comme un génocide par l'armée birmane.

Aucun candidat au retour ne s'est présenté jeudi à la frontière entre le Bangladesh et la Birmanie jeudi, la Birmanie dénonçant la manipulation des ONG internationales, qui ont appelé à stopper une opération intervenant alors que les conditions de sécurité ne sont pas réunies. (afp/nxp)

Créé: 16.11.2018, 11h48

Galerie photo

La crise des Rohingyas en Birmanie en images

La crise des Rohingyas en Birmanie en images Les tensions entre les Rohingyas et les Bouddhistes empoisonnent la région depuis des décennies.

Articles en relation

Rohingyas: «S'il vous plaît, ne nous renvoyez pas»

Bangladesh Le Bangladesh devait lancer le rapatriement en Birmanie d'un premier groupe de Rohingyas. Les réfugiés ne sont pas montés dans les bus mais ont manifesté pour réclamer justice. Plus...

Mike Pence: «Des violences inexcusables»

Drame des Rohingyas Le vice-président américain a condamné les «violences et les persécutions» dont sont victimes les Rohingyas en Birmanie. Plus...

Amnesty retire un prix à Aung San Suu Kyi

Birmanie Aung San Suu Kyi se voit retirer le plus prestigieux prix des droits humains pour son manque de compassion et d'action envers les Rohingyas. Plus...

La Birmanie «prête» à rapatrier des Rohingyas

Droits humains Après de multiples retards, la Birmanie et le Bangladesh ont élaboré une feuille de route prévoyant le rapatriement de 2251 Rohingyas dès le 15 novembre. Plus...

Les Rohingyas «terrifiés» face au retour en Birmanie

Asie Les Rohingyas au Bangladesh sont «terrifiés» face au plan de retour prévu la semaine prochaine en Birmanie, selon des ONG. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.