Trump accuse Obama d'entraver la transition

Etats-UnisLe président élu des Etats-Unis a accusé sur Twitter le président sortant de lui mettre des «obstacles».

Deux jours après le scrutin, les deux hommes s'étaient rencontrés dans le Bureau ovale.

Deux jours après le scrutin, les deux hommes s'étaient rencontrés dans le Bureau ovale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a accusé mercredi le président sortant Barack Obama de tenir des «propos incendiaires» et de placer des «obstacles» qui entravent la transition à la tête de l'exécutif, avant de revenir vers un ton plus conciliant.

Deux jours après l'élection du 8 novembre, les deux hommes s'étaient rencontrés dans le Bureau ovale et s'étaient efforcés de mettre de côté des mois de campagne acrimonieuse, insistant sur leur volonté de mener une transition apaisée.

Mais rompant avec la tradition américaine voulant que présidents sortant et élu offrent, au moins en façade, un front respectueux, Donald Trump a lancé sur Twitter mercredi matin une salve remarquée critiquant Barack Obama.

En douceur

«Je fais de mon mieux pour ignorer les nombreux obstacles et déclarations incendiaires du président O. Je pensais que la transition se ferait en douceur. MAIS NON!», a-t-il écrit, sans préciser la teneur de ces obstacles ni les propos de Barack Obama auxquels il se réfère.

Lorsque des journalistes lui ont demandé plus tard si la transition se passait bien, le milliardaire a adouci ses propos. Le processus se fait «très, très en douceur. Très bien, vous ne trouvez pas?», a-t-il dit.

Donald Trump a ensuite déclaré s'être entretenu par téléphone avec Barack Obama, qualifiant leur échange de «très bonne conversation... j'ai apprécié qu'il appelle».

Obama, le plus admiré des Américains

A moins d'un mois de son départ de la Maison Blanche le 20 janvier, Barack Obama reste l'homme le plus admiré des Américains, selon un sondage réalisé par l'institut Gallup. Il s'est d'ailleurs dit «sûr» lundi qu'il aurait remporté un troisième mandat si la Constitution lui avait permis d'être une nouvelle fois candidat. Un commentaire qui a pu déplaire à son successeur.

Par ailleurs, dans deux autres tweets, Donald Trump a de nouveau apporté son soutien à Israël après un vote vendredi à l'ONU condamnant les colonies de l'Etat hébreu.

Pour la première fois depuis 1979, les Etats-Unis n'ont pas mis leur veto à une résolution de l'ONU condamnant les colonies israéliennes. Leur abstention a permis l'adoption de la résolution, approuvée par les 14 autres membres du Conseil de sécurité.

«Nous ne pouvons pas continuer à laisser Israël être traité avec un total mépris et un tel manque de respect», a écrit le milliardaire. «Ils étaient habitués à avoir un grand ami aux Etats-Unis, mais ce n'est plus le cas. Le début de la fin a été cet horrible accord avec l'Iran (sur la politique nucléaire, NDLR), et maintenant (l'ONU)! Reste fort Israël, le 20 janvier est très proche!», a ajouté le président élu.

Critique des Nations unies

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a retweeté Donald Trump en le remerciant «pour sa chaleureuse amitié et son soutien sans équivoque d'Israël».

Donald Trump a également de nouveau critiqué mercredi les Nations unies. «L'ONU a un potentiel tellement énorme. (Elle) n'est pas à la hauteur de son potentiel», a-t-il dit aux journalistes devant sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, en Floride. «Quand est-ce que vous avez vu les Nations unies résoudre des problèmes? Elles ne le font pas. Elles en créent.»

Si l'ONU «est à la hauteur de son potentiel, c'est formidable. Sinon, c'est une perte de temps et d'argent», a-t-il ajouté. Les Etats-Unis sont les principaux bailleurs de fonds de l'organisation internationale, couvrant 22% de son budget.

(afp/nxp)

Créé: 28.12.2016, 15h53

Galerie photo

Etats-Unis: le futur gouvernement de Donald Trump

Etats-Unis: le futur gouvernement de Donald Trump Le futur président des Etats-Unis, qui a pris ses fonctions le 20 janvier 2017, finalise la composition de son gouvernement.

Articles en relation

Le «poulet Trump» a la cote sur internet

Chine A l'occasion de l'année du coq, une enseigne chinoise a souhaité rendre hommage au futur président des Etats-Unis, à sa manière. Plus...

La maison d'enfance de Trump aux enchères

Etats-Unis La résidence dans le Queens est celle où le futur président a vécu les quatre premières années de sa vie. Plus...

Il dit oui à Trump avant de renoncer, deux jours après

Etats-Unis Jason Miller a évoqué des raisons familiales pour expliquer son refus de diriger la communication du futur président. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.