Passer au contenu principal

Trump annule la venue de sa délégation à Davos

Le président, englué dans la crise et obnubilé par son bras de fer avec les démocrates, a justifié sa décision par le «shutdown».

«Shutdown» oblige, les cuisiniers de la Maison-Blanche sont au chômage technique. Donald Trump a ainsi commandé lundi passé un monceau de burgers pour accueillir les vainqueurs du championnat universitaire de football américain.
«Shutdown» oblige, les cuisiniers de la Maison-Blanche sont au chômage technique. Donald Trump a ainsi commandé lundi passé un monceau de burgers pour accueillir les vainqueurs du championnat universitaire de football américain.
VQH

La Maison-Blanche fera l’impasse sur Davos en raison de la fermeture partielle de l’Administration fédérale américaine. Cette décision a été annoncée jeudi soir dans un bref communiqué de Sarah Sanders, la porte-parole de Donald Trump: «Par considération pour les 800 000 fantastiques travailleurs américains qui ne sont pas payés et afin d’assurer que son équipe puisse aider en cas de besoin, le président Trump a annulé le voyage de sa délégation au World Economic Forum à Davos, en Suisse.»

Donald Trump avait déjà annulé sa venue à Davos le 10 janvier. Cette nouvelle annonce reflète la crise grandissante à Washington en raison du bras de fer entre le président, qui réclame un mur à la frontière des États-Unis avec le Mexique, et son opposition démocrate, qui refuse d’allouer les fonds. Mardi encore, l’administration Trump avait confirmé la présence dans la station grisonne de Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor, de Mike Pompeo, le secrétaire d’État, et de Wilbur Ross, le secrétaire au Commerce. Mais alors que le shutdown du gouvernement en était vendredi à son 28e jour, Donald Trump et son entourage sont soucieux de projeter l’image d’une administration qui œuvre sans relâche pour tenter de trouver une sortie de crise.

Convaincre l’opinion

Donald Trump ne cesse d’affirmer ces jours qu’il reste «seul» dans une Maison-Blanche qu’il n’a pas quittée «depuis des mois». Il se raccroche à ces propos erronés pour tenter de convaincre une opinion publique qui désapprouve toujours plus sa décision de fermer partiellement le gouvernement américain dans l’espoir d’obtenir une enveloppe de 5,7 milliards de dollars de la part du Congrès pour construire le mur qu’il avait promis pendant sa campagne électorale.

La décision de faire l’impasse sur Davos est intervenue quelques heures à peine après l’annonce de Donald Trump qu’il annulait le voyage à l’étranger de Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des Représentants. «En raison du shutdown, je suis désolé de vous informer que votre voyage à Bruxelles, en Égypte et en Afghanistan a été repoussé, a écrit Donald Trump à propos du vol militaire que son adversaire politique devait prendre. Je suis certain que vous conviendrez comme moi que repousser cet événement de relations publiques est la bonne décision. Et d’ajouter avec une pointe d’ironie: Évidemment, si vous voulez faire votre voyage à bord d’un vol de ligne, c’est votre droit.»

Le président des États-Unis n’a visiblement pas apprécié la lettre que lui avait envoyée la veille Nancy Pelosi, dans laquelle la cheffe de l’opposition au Congrès lui demandait de repousser à cause du shutdown son traditionnel et solennel discours sur l’état de l’Union, prévu le 29 janvier. Nancy Pelosi a finalement repoussé vendredi son propre voyage en Afghanistan «à cause des risques importants provoqués par l’action du président». La présidente de la Chambre des Représentants a accusé la Maison-Blanche d’avoir organisé des fuites sur le vol de ligne qu’elle prévoyait de prendre.

Nouvelle accusation

Alors que les négociations pour tenter de sortir de la crise politique sont dans l’impasse au Congrès, certains élus démocrates commencent à évoquer ouvertement une possible destitution de Donald Trump. Ces appels, encore timides, ont été provoqués par la publication jeudi soir d’une enquête du site BuzzFeed selon laquelle le président aurait demandé à Michael Cohen, son ancien avocat, de mentir au Congrès à propos d’un projet immobilier qu’il aurait eu à Moscou pendant la campagne électorale de 2016.

Obstruction à la justice

BuzzFeed cite deux enquêteurs fédéraux sous le couvert de l’anonymat et affirme que le procureur spécial Robert Mueller, qui mène l’investigation sur l’ingérence russe pendant la présidentielle de 2016, aurait mis la main sur des SMS, des e-mails et des documents prouvant l’obstruction à la justice présumée de Donald Trump. Joaquin Castro, un élu démocrate texan, a aussitôt demandé que le président «démissionne ou soit destitué» si l’enquête de BuzzFeed était prouvée. Réponse de Rudy Giuliani, l’avocat de Donald Trump: «Toute suggestion – quelle que soit la source – selon laquelle le président a recommandé à Michael Cohen de mentir [au Congrès] est totalement fausse.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.