Passer au contenu principal

Colis piégésTrump appelle les médias à «cesser les hostilités»

Après l'envoi de colis piégés à des médias et des personnalités, le président américain appelle à «cesser les hostilités».

Donald Trump en meeting dans le Wisconsin. (Mercredi 24 octobre 2018)

Le président américain Donald Trump a de nouveau condamné mercredi soir l'envoi de colis explosifs à plusieurs de ses détracteurs, dont la chaîne CNN. Il a parallèlement appelé les médias à «cesser les hostilités».

«Le gouvernement fédéral mène une enquête agressive et nous allons trouver les responsables et les présenter à la justice. Très rapidement j'espère», a déclaré le président lors d'un meeting de campagne dans le Wisconsin.

«Tout acte ou menace de violence politique est une attaque contre notre démocratie elle-même», a-t-il ajouté, en disant souhaiter que toutes les parties se parlent «dans la paix et l'harmonie».

Mais il a aussi affirmé que les médias se devaient d'utiliser «un ton courtois et de cesser les hostilités sans fin et les histoires et attaques négatives constantes et souvent fausses». «Ils doivent arrêter», a-t-il insisté. «Nous sommes à 13 jours d'élections très, très importantes», a-t-il encore dit en référence aux législatives de mi-mandat du 6 novembre.

Aucune victime

Au moins cinq colis ont été interceptés avant qu'ils ne parviennent aux destinataires auxquels ils étaient adressés, notamment l'ancien président Barack Obama et l'ancienne secrétaire d'Etat Hillary Clinton, a déclaré le FBI, précisant qu'aucun paquet n'a explosé et qu'il n'y a eu aucune victime.

Toutefois dans le contexte déjà très lourd de division de la société américaine, ces incidents ont accentué la tension à moins de deux semaines des élections de mi-mandat, le 6 novembre, où les démocrates vont tenter de faire basculer le Congrès.

«Depuis plusieurs années maintenant, Donald Trump appelle au placement en détention de ses détracteurs et fait l'éloge de la violence contre les journalistes», a déclaré le représentant démocrate Bill Pascrell. «Le danger représenté par les radicaux d'extrême droite ne peut plus être ignoré et il faut y porter davantage attention pour éviter qu'une escalade de la violence se produise», a-t-il ajouté.

«Il y a une absence totale et complète de compréhension à la Maison Blanche sur la gravité de leurs attaques continues sur les médias», a commenté Jeff Zucker, président de CNN Worldwide.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.