Sous Trump, on ne dit plus «changement climatique»

Etats-UnisDes emails montrent comment le département de l'agriculture américain bannit des termes peu en phase avec les idées des climatosceptiques du président. Vidéo.

Vidéo: Catherine Cochard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On savait que le climat ne faisait pas partie des priorités de l'administration Trump. Or, il semblerait que le département de l'agriculture américain travaille dur pour faire en sorte que le réchauffement global et les questions autour de l'environnement ne vienne pas interférer avec la production agricole US.

En effet, différents responsables du département s'efforcent de trouver des termes moins alarmants pour parler des problèmes liés au climat. C'est ce que révèle un échange d’emails datés de janvier à juin 2017 rendu public par The Guardian en début de semaine. Il est clairement écrit que l’un des chevaux de bataille de l’administration précédente, le changement climatique, «ne fait plus du tout partie des priorités actuelles». Plus loin, Bianca Moebius-Clune, la responsable de la santé des sols pour le département, explique qu’il faut «changer la manière dont on parle des choses» et qu’il existe de nombreux «bénéfices à tirer d’une remise à flot du carbone».

Novlangue climatosceptique

Un document liste les expressions à éviter et les formules pour les remplacer, ceci pour mieux «servir les agriculteurs de notre nation et les propriétaires terriens». Pour «changement climatique» on recommande d’user d’une formule un peu vague pouvant se traduire par «météo extrême». Plutôt que d’«adaptation au changement climatique», il est préconisé de parler de «résilience aux conditions météorologiques extrêmes». La formule «réduire les gaz à effet de serre» est bannie au profit de la très peu explicite «créer de la matière organique du sol, augmenter l'utilisation des nutriments». Lorsqu’on veut évoquer le captage et stockage du carbone, on usera d’un «verbiage autour de l’utilisation de matières organiques pour améliorer la santé du sol».

Enfin, dans un des emails, un collaborateur préconise la «discrétion autour de ces adaptations terminologiques». (nxp)

Créé: 10.08.2017, 16h01

Articles en relation

Un rapport s'inquiète du changement climatique

Etats-Unis A l'encontre des propos de Donald Trump sur le climat, un document fédéral fait état de la situation préoccupante aux Etats-Unis. Plus...

Washington participera quand même à la COP23

Environnement Malgré leur retrait de la COP21 de Paris, les Etats-Unis seront toujours partie prenante des négociations futures sur le climat. Plus...

Trump lance ses «Real news»

Etats-Unis Celui qui a estampillé les médias traditionnels qui lui sont hostiles de «Fake news», a lancé son propre canal de comm'. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La mort, lundi, dans l'explosion de sa voiture, de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a provoqué une immense émotion en Europe. Le fils de la victime a accusé le gouvernement de complicité.
(Image: Bénédicte) Plus...